Toussaint: les fleurs, toujours enjeu commercial?

En ce jour de la Toussaint, le cimetière de Belgrade à Namur était jonché de fleurs. Une tradition toujours bien présente même si en 20 ans, les commerçants ont accusé une baisse de 20% à 30% de leurs ventes de fleurs funéraires.

De nombreuses personnes se sont rendues au cimetière de Belgrade à Namur pour rendre hommage à leurs défunts. Toutes ou presque sont venues les bras remplis de fleurs. Pour certains, fleurir les tombes est un moyen d'apporter un peu de vie dans les cimetières.

Un commerce qui reste lucratif

Le commerce de chrysanthèmes et de pomponettes, représente toujours en cette période de la Toussaint un enjeu important pour les fleuristes. Il pousse aussi certains commerçants à se lancer dans le secteur durant quelques jours. À Namur, une marbrerie située en face du cimetière de Belgrade vend des fleurs funéraires depuis de très nombreuses années. Si ils ont vus leurs ventes diminuer en 20 ans, les propriétaires estiment que ce commerce reste lucratif.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK