Tournai: un peu de compost de quartier et beaucoup d'amitié

Au cœur de l'éco-quartier du Pic au Vent à Tournai, les habitants ont lancé le compostage de quartier. 16 des 18 maisons y participent, avec le soutien d'Ipalle, l'intercommunale de gestion des déchets active en Wallonie picarde et dans la région Sud-Hainaut (région de Thuin). D'autres quartiers de Wallonie picarde, à la rue des Arquebusiers à Ath et à la cité de la Roë à Péruwelz, ont emboîté le pas.

Parmi les chevilles ouvrières du projet de compostage de quartier au Pic au Vent, il y a Nelly Lowie, une Mouscronnoise venue s'installer en 2010 à Tournai et sensible à l'environnement. "Nous étions plusieurs à avoir notre compostière dans notre jardin mais il n’y a pas beaucoup de place. Nous nous sommes alors dit que nous créerions bien un compost en commun."

Ils l'ont fait, et ils ont contacté Ipalle, qui a soutenu le projet. D'autres propriétaires du quartier se sont alors joints au projet. Nelly Lowie espère que les habitants de la dizaine de maisons qui doit encore être construites dans l'éco-quartier participeront également au compostage.

Et Nelly Lowie d'évoquer les bienfaits du compostage, et du compostage de quartier en particulier. "Les déchets sont beaucoup plus diversifiés ce qui est bon pour le compost, et nous partageons le compost fini pour nos petits jardins. C’est aussi agréable de se retrouver ensemble dans le quartier. Cela permet de créer des liens. Cela nous permet d’économiser des sacs-poubelle et c’est surtout très bon pour la terre. Cela revient donc à la terre plutôt que d’être gaspillé. Cela nous permet de diminuer nos déchets le plus possible. Les enfants nous voient faire, ils sont sensibilisés, et c'est bon pour le futur."

Appel à projets d'Ipalle

De son côté, Ipalle soutient, promeut ce genre d'initiative. L'intercommunale lance même un appel à projets, jusqu'au 6 mai, pour les communes et les particuliers souhaitant se lancer dans le compostage de quartier. Ipalle octroie une aide sous forme de matériel, d’information et de suivi. "Plusieurs intercommunales et communes wallonnes collectent les matières organiques en porte-à-porte pour ensuite, les traiter par la biométhanisation. Nous ne sommes pas convaincus que cette pratique soit la meilleure solution pour les déchets organiques des ménages", souligne le président d’Ipalle, Paul-Olivier Delannois (PS). "Quand on connaît le faible taux de récupération de ces déchets et les coûts que représentent leur collecte et leur traitement, il est à nos yeux peu pertinent de gérer les déchets de la sorte en regard de l’alternative qui nous rassemble ce jour. Le compostage à domicile ou de quartier, c’est pratiquer au quotidien et dans les faits, la prévention des déchets."

Paul-Olivier Delannois relève encore que le compostage de quartier permet de créer une dynamique dans le quartier. Que c'est bénéfique pour la cohésion sociale.

Laurent Dupuis

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK