Tournai : trois ans avec sursis pour avoir bouté le feu au domicile de son compagnon

Le Palais de Justice de Tournai
Le Palais de Justice de Tournai - © Belga - Julien Warnand

Le tribunal correctionnel de Tournai a condamné lundi une Mouscronnoise à trois ans de prison avec sursis probatoire de cinq ans pour avoir bouté le feu à la maison de son compagnon à deux reprises.

La compagne du docteur Philippe Mullier, rebaptisé par certains médias "docteur j'vais dire" en raison d'un défaut de langage, avait incendié la maison de son compagnon, où se trouvait aussi son cabinet médical, car elle n'aimait pas l'habitation. Les faits s'étaient produits durant les nuits du 19 au 20 juillet 2011 et du 9 au 10 octobre 2011.

Le couple était alors en pleine tempête médiatique. Le 31 mai 2011, le médecin avait envoyé sa compagne chez une patiente. Alors qu'elle auscultait la jeune femme, le docteur dressait son diagnostic à distance. Il a ainsi demandé à sa compagne de pratiquer une injection d'antalgique et de myorelaxant alors qu'elle n'a aucune compétence en la matière. La compagne ira même jusqu'à proposer une cigarette à une patiente enceinte pour calmer ses douleurs.

Le tribunal a estimé qu'un ferme rappel à l'ordre s'imposait, vu la gravité des faits et le fait que la prévenue a récidivé quelques semaines après avoir été libérée par la chambre du conseil. De plus, elle semble ne pas avoir pris conscience de l'ampleur de son geste et a tenté de manipuler les enquêteurs, selon le tribunal.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK