Tournai: technicien du froid, peu de main-d'œuvre pour un taux d'embauche de 100%

Illustratiion
5 images
Illustratiion - © Pixabay - domaine public

Le chauffage, la climatisation, les pompes à chaleur, la congélation : des secteurs qui nécessitent des techniciens du froid. Et pourtant cette discipline figure sur la liste des métiers en pénurie du Forem :  "Nous avons en moyenne une dizaine de candidats par an mais seulement la moitié arrive au bout de la formation", souligne Bertrand Herbois, formateur en technique du froid au Forem.

Un savoir-faire assez complexe

Alors pourquoi manque-t-il autant de techniciens capables de réparer votre air conditionné ou votre frigo ?

Derrière une installation frigorifique, se cachent beaucoup de processus pour le moins compliqués. Ceux-ci nécessitent certaines connaissances en mathématiques, en mécanique mais surtout en physique. Ce qui décourage certains de se lancer :  "C’est une discipline qui demande énormément de connaissances scientifiques. C’est pourquoi la théorie est aussi importante que la pratique. Il faut donc être habile de ses mains mais aussi de son esprit", ajoute Bertrand Herbois.

Manque de communication

En plus des formations, il est possible d’apprendre les techniques du froid en haute école. C’est le cas à la HELHa (Haute Ecole Louvain en Hainaut) où les étudiants peuvent suivre un cursus de 3 ans : "Le but c’est que les étudiants apprennent un ensemble de techniques propres à cette discipline afin d’être autonomes et performants sur le terrain", explique Philippe Mac Callum, professeur, "seulement, on remarque depuis quelques années que les études techniques ont une mauvaise image auprès des étudiants en secondaire. Souvent les étudiants n’osent pas s’inscrire dans ce type de filière car elle est considérée comme faite pour les imbéciles alors que c’est une filière riche, variée et avec beaucoup de débouchés", ajoute Philippe Mac Callum.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK