Tournai: que font les professeurs pendant les journées pédagogiques ?

Que font les professeurs pendant les journées pédagogiques ?
4 images
Que font les professeurs pendant les journées pédagogiques ? - © Charlotte Legrand

On les appelait "conférences" autrefois. Et à hauteur d'élève, ça voulait simplement dire "congé". Mais pour les professeurs, que signifient ces "journées pédagogiques" ? Ce mercredi matin, la cour de l'Athénée royal Robert Campin, à Tournai, est vide. Mais certaines classes sont occupées par des professeurs en formation. Ils sont issus de plusieurs écoles de la région et regroupés par matière.

"Les journées pédagogiques, ce n'est pas un congé, explique Diane, professeur de latin. Dans ma discipline, c'est une rare occasion de rencontrer des collègues. C'est une façon d'échanger dans le but de s'améliorer." Un étage en-dessous, Coralie, professeur de math, abonde dans le même sens: "C'est un moment où on peut se retrouver entre collègues de diverses écoles pour échanger sur nos parcours, nos expériences".

"Trouve X"

Tous les enseignants ne viennent pas à ces journées avec enthousiasme. "Lorsqu'on était sur la route, on s'est dit "Encore une formation de plus! On a laissé nos élèves, on va perdre des heures..." Et finalement, dès qu'on a commencé, à la première demi-heure, on est rentré dans le jeu. On était content d'être là. Parce que c'était très vivant, très pratique, concret".

Le thème du jour est le même pour tout le monde: les consignes. Le formateur rappelle que quand un élève fait une erreur... c'est parfois à cause de l'énoncé de la question. "Trouve X, c'est le grand classique. L'élève entoure la lettre X et dit "il est là" et il n'a pas tort. "Détermine la valeur de X", "Calcule la valeur de X", auraient été de meilleures formulations de la consigne."

Stéphane enseigne le français. "En dissertation aussi, la consigne a tout son sens. Ce qui est intéressant dans cet atelier, c'est qu'on voit aussi des exemples d'autres matières. En sciences, par exemple. Tous les professeurs sont confrontés à cela".

Se remettre en question

Les enseignants se prêtent à différents exercices.. Certains ont de quoi surprendre. Danièle Fonsny, formatrice pour les professeurs de math, n'hésitent pas...à les faire chanter! "Cela m'a permis de prendre conscience de certaines difficultés, en rapport avec les consignes", raconte Saïda. Quand il y en a trop, données en une fois, hé bien...c'est perturbant. Je me dis que j'ai peut-être tendance à 'balancer' trop de consignes à mes élèves. Il faudrait sans doute être plus posé. Plus clair". Se remettre en question, c'est un des objectifs de ces journées renchérissent Christelle et Soraya. Face à un public scolaire qui évolue…pas toujours dans le bon sens. "Je pense que des élèves ne lisent plus suffisamment. Ils lisent sur des réseaux sociaux où c'est bourré de fautes et où c'est très court. C'est la génération zapping. L'information doit vite passer. Au plus vite ça va, au mieux ils comprennent. Sauf que nos consignes...sont un peu plus fournies!"

"Ensemble, ils cherchent des solutions. Ils partagent des trucs et astuces, explorent de nouvelles méthodes", poursuit la préfète de l'Athénée Campin, Annick Saudoyer. "Et en principe, il devrait y avoir des retombées positives sur nos élèves", conclut Diane.

Reportage dans le Tournaisis dans notre 13h de ce mercredi:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30