Tournai-les-Bains : 26 jours de plage au bord de l'Escaut

Une plage de sable au bord de l'Escaut à Tournai
Une plage de sable au bord de l'Escaut à Tournai - © Laurent Dupuis

Tournai-les-Bains a pris ses quartiers au quai Casterman, à Tournai. Ce jeudi, la plage tournaisienne ouvre ses portes pour 26 jours de plage. Jusqu'au 15 août, donc. Outre un vaste espace ensablé avec tables et transats, Tournai-les-Bains propose de nombreuses activités et des concerts. L’accès est gratuit.

Les précédentes éditions se tenaient au quai Sakharov, mais des soucis avec le voisinage se plaignant de nuisances sonores et les futurs travaux des quais de Tournai ont poussé les organisateurs, l’ASBL Carnaval de Tournai, et la Ville de Tournai à trouver un autre lieu.

Au quai Casterman, les voisins sont bien moins nombreux. "Les contacts avec eux se sont d’ailleurs bien passés pour l’instant", explique Roberta Lembo, coordinatrice de l’ASBL Carnaval de Tournai.

Tournai-les-Bains a accueilli jusqu’à 25.000 personnes. Des personnes qui n’ont parfois pas les moyens de partir en vacances et qui y trouvent les joies de la plage. "Nous pensons bien que notre public va nous suivre. La nouvelle plage est plus grande, déjà. Et puis, nous avons changé de site, mais il ne se trouve jamais que sur l’autre rive et à 400m du quai Sakharov. Nous disposons également d’un accès unique via le croisement de la rue d’Amiens et de la rue des Mouettes et le site est plus sécurisé qu’avant. En accord avec la zone de police du Tournaisis, la Ville de Tournai a également redessiné de nombreuses places de stationnement."

Tournai-les-Bains n’existerait cependant pas sans sa centaine de bénévoles. Une partie d’entre eux fait partie des confréries du carnaval. "Et puis, d’autres viennent spontanément nous donner un coup de main. Cela crée des liens. Nous avons des électriciens ou des menuisiers pour le gros œuvre, d’autres bénévoles pour tenir le bar ou s’occuper de la petite restauration. Des amitiés. Les bénévoles, c’est quand même 99% de l’organisation. Nous avons également reçu un coup de main de plusieurs candidats-réfugiés qui se trouvent au centre de la Croix-Rouge à Tournai et qui se sont portés volontaires. Ils nous ont bien aidés. C’étaient aussi de chouettes rencontres. Nous en avons bien besoin dans notre société actuelle."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK