La déconstruction du Pont des Trous a commencé: "C'est une partie de Tournai qui part" (vidéo)

La déconstruction des arches du Pont des Trous a débuté vendredi à 6h. Quelques Tournaisiens sont présents, dont la ministre Marghem. Cette déconstruction des arches centrales entre dans le cadre des travaux de l’élargissement de l’Escaut. Une reconstruction, plus moderne, est prévue. Seules les tours sont médiévales et elles ne seront pas déconstruites.

"On le connaît trop bien, il fait partie de notre environnement. On n’envisage pas de le voir disparu", commentait un riverain présent pour le début des travaux. "On avait pris l’habitude de venir ici. C’est une partie de Tournai qui part", ajoutait un autre.


►►► À lire aussi : A Tournai, le pont des trous vit ses dernières heures


"Nous avons une grue sur une barge qui va commencer à déconstruire – c’est une démolition sélective – au niveau d’abord du parapet de la coursive. On va faire tomber les pierres dans cette barge. On a un lit de sable qui pourra amortir les chutes. Ensuite on va attaquer l’arche centrale et puis les arches latérales. Les travaux vont durer pendant quatre jours. Le permis d’urbanisme que nous avons reçu au mois de juin nous impose de récupérer les pierres pour reconstruire l’ouvrage", détaille Christophe Van Muysen l’ingénieur du Service Public de Wallonie (SPW) qui s’occupe du chantier, au micro de la RTBF.

"Sous l’œil glauque de petits potentats locaux"

La ministre Marie Christine Marghem, Tournaisienne, était présente sur place. "Parce qu’un Tournaisien vit sa ville dans les joies et dans les peines, je suis au pied de notre Pont des Trous depuis le lever du jour pour voir comment des pisse-froid institutionnels s’attaquent à un monument classé sans procédure patrimoniale préalable, sous l’œil glauque de petits potentats locaux", a-t-elle sèchement indiqué sur son compte Facebook. La ministre regrette aussi qu’aucune pierre n’ait été numérotée et déplore le manque d’empathie envers la population.

Les arches de ce pont médiéval avaient été dynamitées par les Anglais au début de la Seconde guerre mondiale. Après la guerre, elles avaient été reconstruites et rehaussées pour s’adapter aux nouveaux types de bateau. Les tours datant du XIIIe et début du XVIe siècle sont d’origine et classées.

La première pierre est tombée à 09h10

Sous les coups de la grue, la première pierre est tombée à 9h10, alors qu’une centaine de Tournaisiens regardaient, parfois avec tristesse, le spectacle hors du périmètre de sécurité. Des sismographes ont été placés dans les deux tours médiévales, lesquelles seront nettoyées mais pas démolies, afin d’assurer leur stabilité.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK