Tourisme fluvial: 18 ports de plaisance vous accueillent en Wallonie

Le port de plaisance de Thieu
3 images
Le port de plaisance de Thieu - © RTBF

Du soleil ce week-end, des températures qui se réchauffent et comme une envie de vacances. Pourquoi ne pas les passer au bord de l'eau? En Wallonie, il existe dix-huit ports de plaisances qui accueillent des bateaux à l'année, mais aussi de nombreux touristes de passage en provenance principalement des Pays-Bas.

À deux pas de l’ascenseur de Strépy-Thieu, sur le canal historique du Centre, se trouve le port de plaisance de Thieu. Il dispose de quarante-deux emplacements loués à l'année aux membres du club et d'un grand ponton pour les touristes de passage. La moyenne d'âge des plaisanciers est plutôt élevée. Entre 50 et 70 ans, ils profitent pour la plupart d'une retraite agréable au fil de l'eau.

Navigation gratuite en Wallonie

À cause d'un problème technique sur les ascenseurs historiques, il y a un peu moins de passage ces temps-ci. Mais en temps normal, près de 200 bateaux de plaisanciers passent à Thieu chaque année. "Cela fait plusieurs années que la navigation en Wallonie est gratuite", précise Jean-Louis Jorion, le président du yacht club, "alors qu'il faut payer une vignette en Flandre ou en France par exemple. On est privilégiés et j'espère que ça durera longtemps, parce que c'est grâce à ça qu'on attire autant de touristes".

Gros succès sur la Meuse

En Wallonie, la moitié des 18 ports de plaisance sont situés dans le Hainaut, mais c'est le long de la Meuse, entre Dinant et Liège, que les ports sont les plus fréquentés. Un de ceux qui marchent le mieux est le port de Jambes. Paddle, pétanque, terrasse flottante sont autant d'activités supplémentaires proposées pour attirer les touristes.

"À Jambes, on se trouve en fait sur l'autoroute du soleil de la plaisance", explique Guillaume Loute, capitaine du port de Jambes, "la plupart de mes plaisanciers viennent du nord : Flandre, Hollande, Allemagne représentent en gros la moitié de mes plaisanciers. Il y a une forme de transhumance vers le sud, vers la France et le soleil. Notre objectif est que Namur ne soit pas juste une station où on s'arrête au passage, mais qu'on y reste deux ou trois jours".

Diminution des plaisanciers avec le temps

En 2014, plus de 25.000 bateaux de plaisance ont navigué sur les fleuves et canaux wallons. C'est nettement moins qu'il y a quelques années quand Per Morgenstjerne, un touriste danois, était venu pour la première fois : "Mon premier voyage ici en Belgique et en France remonte à 2003. À l'époque, il y avait plein de bateaux de plaisance. Mais aujourd'hui, on peut naviguer une journée entière sans rencontrer personne! Il y a beaucoup de bateaux à quais et dans les ports, mais pas sur les canaux et les rivières", nous confie-t-il.

Alors à l'image de Jambes, de plus en plus de ports de plaisance tentent d'attirer un nouveau public, pour profiter de ces endroits bucoliques.

Sarah Heinderyckx avec Michel Toussaint

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK