Tourisme à Bruxelles : l'Union européenne, nouveau pôle d'attraction

Le Parlementarium a ouvert ses portes en 2011.
2 images
Le Parlementarium a ouvert ses portes en 2011. - © Eric VIDAL - European Union

Autrefois boudé des touristes, le quartier européen est devenu en quelques années le troisième quartier touristique de Bruxelles. Son statut de capitale de l’Union européenne a désormais un effet d’attraction indéniable.

Pour preuve, dans le top 10 des sites les plus visités à Bruxelles, on trouve désormais trois attractions, toutes récentes, liées à l’Europe : la toute nouvelle Maison de l’Histoire européenne, l’hémicycle du Parlement européen et surtout le Parlementarium.

Avec plus de 300.000 visiteurs par an, le centre des visiteurs du Parlement européen pointe à la cinquième place du classement et tutoie désormais l’Atomium ou le Musée Magritte. En moins de dix ans d’existence, le Parlementarium s’est fait une place de choix dans les guides touristiques, malgré une thématique – la construction européenne et le fonctionnement de son parlement – dont l’attractivité ne saute pas aux yeux de tous les touristes.

Mais le Parlementarium a bien des atouts. L’Union européenne y a investi à la hauteur de ses moyens : l’accès est gratuit, la scénographie très soignée, l’interactivité omniprésente, sans parler de l’audioguide disponible dans les 24 langues de l’Union. Dans les allées, on croise principalement des Allemands, des Français et, plus étonnant au regard du Brexit, des Britanniques.

Avant, on ne savait pas quelle photo prendre pour montrer qu’on était venu dans la capitale de l’UE

Allesia, elle, est italienne, en vacances à Bruxelles pour quelques jours. Elle ne cache pas être plus attirée par les institutions européennes que par la Grand-Place, les gaufres ou les frites. "La visite du Parlement européen est parmi les principales raisons de ma venue à Bruxelles. Je suis curieuse, car pour moi, l’Europe est loin, je voulais un peu comprendre son histoire."

L’Europe et ses institutions, c’est désormais le troisième motif invoqué par les touristes pour venir à Bruxelles, après le patrimoine (1) et le caractère cosmopolite de la ville (2).

Les temps ont bien changé, notamment grâce aux efforts entrepris par les institutions européennes pour matérialiser l’Europe à Bruxelles. "Je me souviens, il y a des années, des touristes qui se baladaient dans le quartier européen et qui ne savaient même pas quelle photo prendre pour montrer qu’ils étaient venus dans la capitale européenne, sourit Jaume Duch, porte-parole du Parlement européen. Maintenant, c’est complètement différent."

C’est devenu un quartier à vivre

De là à dire que l’image d’un quartier désert le soir ou le week-end, une fois les fonctionnaires européens partis, c’est désormais du passé ?

"C’est devenu un quartier à vivre, répond Patrick Bontinck, le patron de Visit Brussels. Il y a eu un développement Horeca de soirée, il y a de plus en plus de logements, le taux d’occupation des hôtels est de 72% et progresse d’année en année."

Si le rond-point Schuman et la Place du Luxembourg ne peuvent évidemment pas se targuer de la même affluence que la Grand-Place ou Plaisirs d’Hiver, ils ont tout de même vu passer près d’un million et demi de touristes l’an dernier, soit sept fois plus qu’il y a dix ans. Le quartier européen est désormais le troisième pôle touristique de Bruxelles. Et c’est tout bénéfice, aussi, pour les Bruxellois.

"Ne pas tout miser sur le centre-ville, c’est un enjeu stratégique pour la Région, estime Patrick Bontinck. Il y a une volonté de la Région de développer plusieurs pôles et de répartir le tourisme sur l’ensemble de la Région. On veut un développement durable du tourisme à Bruxelles, avec un équilibre entre habitants et touristes", allusion à la saturation que connaissent certains quartiers de certaines villes européennes, Barcelone en tête.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK