Tourcoing: c'est dans ce bunker que les Allemands ont compris l'imminence du débarquement

Un des deux couloirs du bunker reconverti en musée.
4 images
Un des deux couloirs du bunker reconverti en musée. - © Pierre Wuidart - RTBF

Situé à Tourcoing, ce bunker de la seconde guerre mondiale impressionne par ses dimensions. 32 mètres sur 17. À l'intérieur se trouvent une vingtaine de pièces dont le centre d'écoute dirigé par le lieutenant-colonel Helmut Meyer. Abandonné après la guerre, l'ancien QG de la quinzième armée allemande a été réhabilité et transformé en musée en 1991.

Claudio Schönenberger, trésorier de l'association et guide bénévole, nous conduit devant cette pièce où résonnent les célèbres messages personnels diffusés par radio Londres, des messages codés à destination notamment de la résistance. Derrière ses lunettes, un mannequin fixe une horloge indiquant 9h15. "C'est à ce moment, le soir du 5 juin 44, que le colonel Meyer entend la deuxième partie du message Verlaine: "...blessent mon cœur d'une langueur monotone". Cela signifie que le débarquement des Alliés est imminent. Reste à savoir où".

Deux pièces d'un même puzzle

Le début de ce poème de Verlaine - "Les sanglots longs des violons de l'automne" - avait déjà été diffusé les 1er, 2 et 3 juin, mettant en alerte le colonel Meyer. Il en a installé sa paillasse dans son bureau pour ne pas rater la suite. Quand il l'entend le 5 juin au soir, il prévient son général qui joue aux cartes dans une maison voisine. Celui-ci lui donne simplement l'ordre de prévenir les 15e et 7e armées installées dans le Nord-Pas de Calais et en Normandie.

Si Meyer a pu interpréter ces vers, c'est parce que le code avait déjà été utilisé auparavant. Par un réseau de résistance démantelé par les Allemands. "Tous les messages utilisés par ce réseau avaient été bannis par les Alliés." Tous sauf le message Verlaine.

Chaque 1er et 3e dimanche

Le 6 juin, le débarquement a lieu en Normandie. Mais Hitler craint une diversion et refuse de concentrer toutes ses forces dans cette région. On connait la suite. Le musée du 5 juin 1944 (voici leur site internet) permet de se replonger dans cette ambiance de fin de guerre. Une équipe de passionnés gère ce site bénévolement. Les élèves seront nombreux à le visiter en juin, 75 ans après le D-Day. Pour le grand public, c'est ouvert chaque premier et troisième dimanche du mois, de 9h à 18h.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK