Tir aux clays de Genappe: les riverains vont au Conseil d'Etat

Les riverains ne s'avouent pas vaincus, dans ce qui pourrait s'appeler la saga du tir aux clays de Vieux-Genappe. Le 31 mars dernier, le collège communal avait accordé au club de tir, un permis unique assortis de conditions d'exploitations drastiques. Les riverains avaient introduit un recours à la Région wallonne.

Le club de tir (le seul de Belgique aux fosses olympiques) avait dû fermer le 17 mai. Le permis étant suspendu, en attendant la décision du ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement, Philippe Henry.

Revirement de situation en juillet, Philippe Henry délivre un permis d'exploitation toujours assorti de conditions, pour une période de 20 ans. Le site rouvre le 10 juillet.

Les opposant ne s'avouent pas vaincus et ont décidé ce lundi, d'aller au Conseil d'Etat. Ils ont introduit une requête en suspension et en annulation, à la suite du permis octroyé par le ministre. Les riverains se plaignent toujours de nuisances et ne se satisfont pas des conditions imposées par le ministre Henry. Des conditions qui selon eux, ne sont pas respectées. 

Le ministre dit bien vouloir interdire les munitions au plomb le 1er juillet 2011. Mais les entraînements pour les Jeux olympiques ou pour les compétitions internationales restent permis, ce qui vide cette interdiction de tout sens. De même, le ministre reconnaît implicitement que le bruit restera supérieur aux normes et impose 'isolation et réparations' aux stands sans exiger de respect de normes ou d'agréation quelconques, ce qui enlève toute crédibilité à ces 'bricolages', indiquent les opposants. Les riverains qualifient les conditions du permis octroyé par la Région wallonne de "clauses de styles".

 

Colette Jaspers avec Belga

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK