Thuin : visites guidées inédites de l'Abbaye d'Aulne, 225 ans après son saccage

Le 14 mai 1794, l'abbaye d'Aulne était incendiée par des troupes françaises révolutionnaires. Elle sera ensuite pillée par les habitants des environs qui récupèrent pierres, briques et autres matériaux. D'autres sites monastiques connaîtront un sort similaire. "À l'origine de ces pillages, c'est un mouvement européen qui a commencé en France avec la révolution de 1789", explique Lorraine Demoulin, guide et historienne.

"Les révolutionnaires s'attaquent alors aux symboles du christianisme dont les abbayes. Celle d'Aulne, c'est une parmi d'autres. En 1792, l'abbaye de la Thure est incendiée. Suivront en 1794, celles de Fontaine-Valmont, d'Orval, de Villers-la-Ville et de Lobbes ici tout près. C'est un mouvement général un peu partout. Ces saccages permettront également aux armées révolutionnaires de renflouer les caisses", conclut Lorraine Demoulin.

 

2 images
Thuin : visites guidées inédites de l'Abbaye d'Aulne, 225 ans après son saccage © Tous droits réservés

Un bivouac et un régiment de l'armée française 

Pour commémorer les 225 ans de cette tragédie, l'Office du Tourisme de Thuin organisait des visites guidées ce dimanche. Une reconstitution avait même été prévue. Avec un bivouac et un groupe d'une quinzaine de figurants. "Je suis caporal d'un régiment d'une époque un peu oubliée au niveau de la reconstitution qui est celle qui va de 1791 à 1794", explique Pierre Renaux. "Nous sommes une armée française encore royaliste mais déjà révolutionnaire"

La volonté d'exporter la révolution française dans ce qui deviendra la Belgique a des conséquences. "Aulne la riche" comme on l'a surnommait sera détruite ainsi que sa splendide bibliothèque et ses milliers de livre. "L'abbaye était l'une des plus belles de la région. Mais elle avait aussi une spécificité. Elle abritait une bibliothèque prestigieuse de 4 500 ouvrages", explique Hervé Louis, de l'Office du Tourisme.

"Elle sera brûlée et tous les trésors qui la composaient partent en fumée. Seul 117 livres ont pu être sauvés. Et petite anecdote... Le général Charbonnier qui avait été envoyé sur les lieux a pris un malin plaisir à attiser le feu". 

Quant aux riverains proches de l'époque, ils parachèveront le travail en pillant le site. Il se serviront de l'abbaye d'Aulne comme d'une carrière. Une abbaye comme d'autres qui ne s'en remettra jamais. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK