Thuin : des battues exceptionnelles contre la surpopulation de sangliers

Thuin : des battues exceptionnelles contre la surpopulation de sangliers
Thuin : des battues exceptionnelles contre la surpopulation de sangliers - © Tous droits réservés

Si vous vous êtes promenés ces dernières semaines dans les bois de Thudinie, vous avez peut-être croisé des chasseurs ou entendu une battue. La période de chasse est pourtant terminée, elle se déroule en automne. Mais à cause de la menace de peste porcine, le ministre wallon de l'agriculture, René Collin, a ordonné la tenue de chasses exceptionnelles ces mois de janvier et de février sur tout le territoire wallon. Soyons clairs : il n'y a pas de peste porcine dans nos régions, elle est cantonnée au le Sud du pays. Mais il y a par contre un problème général de surpopulation de sangliers. Et donc, la crainte est que, si cette maladie arrive chez nous, elle se propage très vite puisqu'il y a beaucoup, trop même, de sangliers. Il faut donc réguler, et diminuer cette population d'1/3 par rapport à l'année passée. D'où cette décision, que nous explique Robert Hurez. il est agent des forêts au cantonnement de Thuin. " C'est un arrêté du gouvernement wallon, qui oblige tous le stitulaires de chasse boisées à organiser 3 battues, entre le 1 er janvier et le 28 février".

Et les mesures sont claires : il faut abattre toutes les bêtes que l'on voit : " Habituellement, pour des questions d'éthique, les chasseurs évitent de tuer les laies et les jeunes. Il y a aussi parfois des limites au niveau du poids. Les laies de plus de 50 kilos sont épargnées parce qu'elles sont souvent gestantes. Mais cette fois, les chasseurs ont l'autorisation de ne respecter aucune de ces restrictions. Il faut tuer tout ce qu'on voit."

Le but est de faire baisser d'1/3 la population de sangliers. " C'est nécessaire, car l'année dernière a été particulièrement prolifique pour eux : beaucoup de nourriture, et beaucoup de jeunes. Pour vous donner une idée, lors de la saison de chasse 2017, 70 bêtes ont été tuées dans la région. Cet automne 2018, c'était 110. Il y a clairement un problème !". Pour être sûrs du résultat de la chasse, les agents des forêts vont compter les bêtes à la fin de la partie de chasse, et encoder les chiffres, afin de tenir à jour leurs statistiques.

Par contre, le grand public n'est pas vraiment au courant des chasses qui se tiennent à cette période inhabituelle. Les joggeurs, marcheurs et autres VTT sont des usagers habituels des bois. Il faut redoubler de prudence, explique Robert Hurez : " On encourage les sociétés de chasse à se regrouper afin d'être plus efficaces et chasser sur un plus grand territoire. Donc, il y aura beaucoup de mouvements, beaucoup de fusils. "

Les promeneurs sont donc invités à être vigilants au sujet des panneaux d'avertissement de battues. Ils peuvent aussi se renseigner au niveau de leur commune pour connaître les dates des battures organisées sur leur territoire.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK