Tentes et couvertures interdites au parc Maximilien: les migrants seront chassés chaque jour

La police affirme en tout cas avoir l'intention de chasser chaque jour les migrants du parc, même s'ils y reviennent aussi vite qu'ils en ont été expulsés.
2 images
La police affirme en tout cas avoir l'intention de chasser chaque jour les migrants du parc, même s'ils y reviennent aussi vite qu'ils en ont été expulsés. - © RTBF

Cela fait des mois que des hommes et femmes en provenance principalement d'Erythrée, du Soudan ou encore de Somalie occupent le Parc. Des bénévoles dénoncent aujourd'hui l'attitude de la police de Bruxelles-Capitale-Ixelles. Elle interdit en effet les tentes et les couvertures sur le site.

C'est une des premières choses qui frappent quand on arrive aujourd'hui au Parc Maximilien, par rapport au "village" installé il y a deux ans: l'absence de tentes. Les migrants dorment à même le sol ou sur des cartons. Ils sont engoncés dans des sacs de couchage foncés, on n'aperçoit pas non plus de couvertures.

Hayat, une bénévole venue du Brabant wallon, explique qu'il s'agit d'exigences de la police de Bruxelles.

Chassés chaque jour

La porte-parole de la zone de police, Ilse Van de Keere, confirme: le règlement général de police interdit le camping dans les parcs bruxellois. Par contre, il n'existe aucune directive officielle concernant les couvertures ou la couleur des sacs de couchage, affirme, un brin tendue, la porte-parole.

La police affirme en tout cas avoir l'intention de chasser chaque jour les migrants du parc, même s'ils y reviennent aussi vite qu'ils en ont été expulsés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK