Le collectif du parc Léopold a mené son action en faveur du "NON"

Le collectif de sauvegarde du parc Léopold a organisée une action samedi pour inciter les citoyens à voter trois fois "NON" lors de la consultation populaire tranchant sur l'avenir du parc le 8 février prochain.
Le collectif de sauvegarde du parc Léopold a organisée une action samedi pour inciter les citoyens à voter trois fois "NON" lors de la consultation populaire tranchant sur l'avenir du parc le 8 février prochain. - © Serge Otthiers

Le collectif de sauvegarde du parc Léopold a mené sa campagne en faveur du "Non" ce samedi vers 9h00 au départ de l'Hôtel de Ville de Namur. Une somme de 5 000 euros récoltée par une plateforme de financement participatif lui a permis de diffuser son argumentaire avec la distribution de flyers notamment.

Les opposants au projet de création d'un centre commercial du parc Léopold se sont mobilisés samedi matin, en organisant une action pour inciter les citoyens à voter trois fois non lors de la consultation populaire organisée par la ville le 8 février prochain. Pour rappel, le projet immobilier doit s'installer à la place d'un petit espace vert, le "Square Léopold", un parc auquel certains Namurois sont attachés et ne veulent pas voir disparaître au profit d’un centre-commercial.

Une vingtaine d'opposants au projet a donc bravé la neige pour distribuer des tracts aux passants et commerçants du centre-ville, avec pour objectif d’être vus et entendus par tous les Namurois.

Valérie, une opposante au projet, estime que la ville a tronqué le débat sur la sauvegarde du parc:

"Le collectif a réussi à ressembler les signatures comme il fallait pour avoir la consultation populaire avec sa question. Puis là, la ville a fait un tour de passe-passe en disant qu’elle allait organiser elle-même une consultation populaire et en mettant trois questions qui sont manipulatrices. C’est vraiment contraire au principe et c’est un peu bafouer l’initiative citoyenne."

La ville de Namur qui a aussi consacré 38 000 euros à une campagne de pub en faveur du "OUI" au centre commercial, que le président du collectif Marcel Guillaulme juge disproportionnés:

"Nous, on fait avec les moyens que l’on a, avec la bonne volonté et l’enthousiasme des bénévoles. Beaucoup de gens nous interpellent maintenant parce qu’ils ont reçu une invitation à aller voter et ils ne savent pas pourquoi. Et donc, c’est vraiment aller au contact de la population pour présenter nos arguments et pour contrebalancer la déferlante de publicités de la ville de Namur."

Le collectif, qui a recueilli environ 5 000 euros via une plateforme de financement participatif, annonce encore de nombreuses actions citoyennes et des débats ces deux prochaines semaines.

Nicolas Franchomme, Serge Otthiers

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK