Tecteo: 1/3 des travailleurs du gaz en grève dans la région liégeoise

Le centre d’exploitation de Dison.
Le centre d’exploitation de Dison. - © Google Street View

Les travailleurs liégeois du secteur gaz de l'intercommunale Tecteo affiliés à la CSC ont rejoint la grève spontanée entamée mardi matin par le centre d'exploitation de Dison.

Une centaine de travailleurs sur les 300 que compte l'intercommunale dans le secteur du gaz se croisent donc les bras depuis mardi matin.

Le mouvement a démarré au centre d'exploitation de Dison, que compte fermer la direction début 2013, avant de s'étendre aux sites de Jupille, Seraing et Liège.

Le personnel sera réaffecté, mais les travailleurs estiment que leurs conditions de travail seront dégradées. "Il y a un ras-le-bol général par rapport aux promesses non tenues de la direction", explique Jean-Marie Kaddes, délégué principal CSC Services publics. "Et ce, d'autant qu'il y a un malaise général chez Tecteo depuis longtemps. Les conditions de travail sont déplorables, c'est la raison pour laquelle les travailleurs d'autres sites ont rejoint le mouvement. Par ailleurs, il faut savoir que la fermeture du centre de Dison va provoquer une perte de qualité du service offert dans la région verviétoise".

"Une grève totalement injustifiée" selon la direction

La direction de RESA, principal gestionnaire de réseaux de distribution de gaz en province de Liège, considère que le mouvement de grève, parti de Dison pour contester la fermeture programmée du centre d'exploitation gaz début 2013, est totalement injustifié compte tenu "de toutes les mesures mises en place, tant sur le plan de l'aménagement du travail des personnes concernées que sur celui du service et de la sécurité."

La direction explique que cette fermeture s'inscrit dans le cadre d'un plan de centralisation des sites d'exploitation pour la distribution du gaz. Il prévoit le regroupement des raccordements à Seraing, du suivi des chantiers à Herstal et de la maintenance à Jupille, soit dans trois centres spécialisés déjà existants.      

"Cette centralisation se fait sans aucune perte d'emploi et toutes les dispositions ont été prises pour que les éventuels inconvénients liés au changement de lieu de travail pour le personnel, soient minimisés", soulignent encore les responsables de RESA.      

La qualité de service offerte aux clients du gaz sortira renforcée de cette nouvelle organisation, estime la direction qui souligne également que la spécialisation en trois grands centres d'exploitation permet d'optimiser le travail.      

En ce qui concerne la sécurité, elle en sort renforcée car les véhicules des patrouilleurs chargés d'assurer la sécurité seront géolocalisés, de façon à faire intervenir l'équipe la plus proche d'un signalement d'une odeur de gaz.

Les travailleurs entendent bien rallier à leur cause les forces vives de la région verviétoise

Une délégation CSC s'est rendue mardi à 14 heures chez Yvan Ylieff. Le bourgmestre de Dison s'est dit opposé à la fermeture du centre d'exploitation situé sur sa commune, tout en admettant que seul le conseil d'administration de Tecteo est habilité à revenir sur une telle décision.

Ce mercredi, Marc Elsen, le bourgmestre de Verviers, a également longuement rencontré les travailleurs du centre d'exploitation de Tecteo sis à Dison. Il leur a affirmé qu'il souhaitait rencontrer la direction de l'intercommunale. Il incite aussi les responsables politiques de la région verviétoise à parler de façon commune et cohérente.

Marc Elsen a marqué son soutien au mouvement. Le bourgmestre de Verviers a également rappelé au personnel du site de Dison son interpellation écrite au Parlement wallon sur la question de la fermeture du centre d'exploitation de Dison. Il attend la réponse de Jean-Marc Nollet (Écolo), le ministre wallon de l’Énergie.      

Les représentants de la CSC Services Publics, syndicat majoritaire chez Tecteo, se disent satisfaits de cette rencontre. Ils souhaitent poursuivre leurs entretiens avec les responsables politiques et ils vont prendre contact avec Pierre-Yves Jeholet (MR) et Matthieu Daele (Écolo), tous deux députés wallons.

Le travail reprendra jeudi à Dison mais il faut s'attendre à de nouvelles actions la semaine prochaine. "Le ton pourrait se durcir si la direction refuse d'entendre les revendications de son personnel", affirme-t-on de source syndicale.

 

Belga avec RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK