"Take Eat Easy", un moteur de recherche pour satisfaire vos papilles

"Take Eat Easy", c'est un moteur de recherche pour vos plats commandés par internet.
"Take Eat Easy", c'est un moteur de recherche pour vos plats commandés par internet. - © Flickr - securecat

Pour éviter la foule dans les restaurants et être quand même sûr de pouvoir se faire un bon gueuleton, il existe une alternative: se faire livrer son repas à domicile. Y compris passer commande par internet, tout cela n'est pas nouveau. Mais plus qu'un restaurant en ligne, il existe aujourd'hui un moteur de recherche qui vous permet de choisir selon divers critères, diverses envies. Son nom: “Take Eat Easy”.

Installée à Mont-Saint-Guibert, "Take Eat Easy" est née au sein d'un incubateur d'entreprises. Cette petite PME de quatre personnes est dirigée par Adrien Roose, un ingénieur de gestion diplômé de l'UCL. C'est après un séjour professionnel à Londres qu'il s'est lancé dans ce projet. "Souvent, en colocation, les gens travaillent beaucoup, hommes ou femmes d’ailleurs. Nous, on vise les gens entre 25 et 40 ans qui ont cette affinité avec l’achat en ligne, qui travaillent beaucoup et qui sont à la recherche de solutions pour se faciliter la vie tout en se faisant plaisir."

Différence importante avec d'autres projets de restaurants en ligne, il ne s'agit pas d'un annuaire mais d'un véritable moteur de recherche. Plusieurs portes d'entrées sur le site permettent de cibler les offres en fonction du profil de l'utilisateur. "On peut dire si l’on veut de la viande, un plat léger, exotique, épicé… On peut chercher par prix, par distance… Il y a plusieurs portes d’entrée. Mais la base reste l’inspiration visuelle à travers les photos."

Une fois le plat commandé, on va soit le chercher soit on se le fait livrer, avec bien sûr un coût supplémentaire.

La mayonnaise va-t-elle prendre? Trop tôt encore pour le dire. Mais nos jeunes entrepreneurs y croient fermement. Et les premiers indicateurs sont encourageants : 5000 utilisateurs potentiels recensés sur  Bruxelles pour une quarantaine de premiers restaurants.

Patrick Michalle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK