Tags haineux à Louvain-la-Neuve: l'UCLouvain porte plainte

Tags haineux à Louvain-la-Neuve: l'UCLouvain porte plainte
Tags haineux à Louvain-la-Neuve: l'UCLouvain porte plainte - © Etudiante souhaitant garder l'anonymat

Croix gammée à côté de l'insigne des Droits de l'Homme, kap (kot à projet) féministe barré par une croix brune, kap Migration qualifié de "pute",... les tags haineux constatés, ces derniers jours, sur les murs d'une salle d'animations de Louvain-la-Neuve font froid dans le dos. 

"Cela fait environ deux semaines que ces inscriptions sont constatées", explique Anaïs De Munck, Présidente de l'AG Louvain, par ailleurs "féministe, militante pour plus de Justice sociale, climatique et le droit de tous à l'éducation".

"Nous trouvons ces inscriptions scandaleuses. Elles sont d'autant plus inacceptables qu'elles visent des kots à projet. Comme dans d'autres cas similaires vécus ailleurs (portrait de Simone Weil tagué), nous comptons repeindre les murs en dénonçant et en déconstruisant les messages haineux véhiculés dans la société. Un débat de fond serait d'autant plus important que le contexte international est inquiétant."

L'Université porte plainte 

Les instances de l'UCLouvain condamnent fermement ces tags. "Nous sommes offusqués. Et nous condamnons toute expression de racisme, de discrimination ou de propos haineux et diffamatoires", affirme l'Université.

"Nous avons décidé de déposer plainte", explique Didier Lambert, Vice-recteur aux affaires étudiantes. Ces inscriptions visent trois kots à projet: le kot des Droits de l'Homme, le kot Angela qui défend l'égalité Femmes-Hommes et le Migrakot qui s'intéresse aux questions migratoires. Ces inscriptions mettent vraiment à mal les valeurs que l'Université défend. Nous allons aussi rappeler nos valeurs à nos étudiants. Tout comme la question de la mémoire."

Identifier le ou les auteurs de ces tags ne sera pas facile, le local étant accessible au grand public. Une enquête est ouverte. "Mais si l'auteur ou les auteurs sont identifiés, nous les traduirons aussi devant notre Commission disciplinaire", précise Didier Lambert.

  

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK