Tags à Etterbeek: une situation "difficilement gérable" pour les autorités

Bruxelles reste très concernée par le problème des tags
Bruxelles reste très concernée par le problème des tags - © Flickr - *_*

Les habitants d'une petite rue d'Eterbeek se sont réveillés, il y a une dizaine de jours, en découvrant que des tags étaient apparus sur les voitures et sur de nombreuses façades de la rue du Cornet, une petite rue qui relie l'avenue d'Auderghem à la rue des Nerviens, tout près du Cinquantenaire.

Le phénomène des tags, les habitants de cette rue, et ils ne sont pas les seuls, en ont assez. "On apprécie pas du tout, c’est du vandalisme pur", déclare une habitante. Malgré certaines dispositions prises ces dernières années, cette situation reste difficilement gérable pour les autorités communales car bien sûr tout cela se fait à l’abri des regards.

L'échevine des Travaux publics Marie-Rose Geuten constate l'impuissance des autorités face à ces dégradations: "C’est un phénomène qui est assez constant, on aimerait bien que ça diminue (…) mais il est très difficile d’empêcher que ça se passe et de pouvoir sanctionner." Pour les victimes, il ne reste alors qu’à déposer plainte auprès de la police et attendre qu’au terme d’une procédure assez longue, le collège autorise le nettoyage gratuit.

Des voisins, comme monsieur Walters, propose de "lancer un appel à témoin avec un numéro de téléphone pour signaler directement l’apparition d’un tag, ce numéro pourrait être relié à des équipes de nettoyage afin que ces tags disparaissent dans les 72 h. Cela découragerait les tagueurs qui verraient leur œuvre disparaître aussitôt". En 2013, 3986 tags avaient été effacés par la ville de Bruxelles. L'enlèvement des tags et graffitis est entièrement gratuit pour les citoyens bruxellois depuis l'entrée en vigueur du nouveau règlement Graffiti, le 2 septembre 2013. Un défi que s'est lancé la Ville pour qui la lutte contre ce type de vandalisme représente un budget de 200 000 euros par an.

Roland Bruneel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK