Survol: deux mois après la décision du juge flamand, le ministre Bellot n'a toujours pas fait appel

Le ministre fédéral de la Mobilité, le MR François Bellot.
Le ministre fédéral de la Mobilité, le MR François Bellot. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Fin mai, un juge flamand flamand tranchait dans l’épineux dossier du survol de Bruxelles : les avions étaient autorisés à voler à plus basse altitude. Ce jugement allègerait donc le survol de la périphérie Nord de Bruxelles, mais alourdirait en contre-partie le Sud et donc, certaines communes du Brabant wallon.

L'association Epures, qui s'appelait auparavant "Trop de bruit en Brabant wallon", a pris connaissance de ce verdict. Plusieurs éléments la font réagir.

Il n'y a pas que les atterrissages en piste 01 qui inquiètent l'asbl Epures. Le risque de suppression d'une route aérienne, baptisée "07 Tout droit", augmenterait les nuisances au-dessus du Brabant wallon. "On reviendrait alors à une ancienne route datant du plan Anciaux (2004) et qui conduirait à avoir des avions volant à beaucoup plus basse altitude au-dessus du Brabant wallon", commente Denis Marion, porte-parole de l'association.

Deux mois après la décision du juge flamand, l'asbl s'offusque donc de ne pas voir le ministre fédéral de la Mobilité, le MR François Bellot, aller en appel. "Je trouve que ne pas aller en appel contre ce genre de décision, qui est quand même un peu tirée par les cheveux, c’est un peu… (hésitation) "particulier", je trouve…", poursuit Denis Marion.

Pourtant, rien n’est encore joué

De leur côté, deux communes à facilités du Brabant flamand (Wezembeek-Oppem et Kraainem) ont fait appel. Rien n'est donc joué.

"C’est la troisième fois qu’un juge rend un curieux jugement au profit de la même zone, nous répond Philippe Touwaide, médiateur aérien du gouvernement. Et à chaque fois, ce jugement a été réformé en appel. Il y a des erreurs dans ce jugement au niveau de la séparation des pouvoirs (constitution et droit pur), mais aussi au niveau des procédures aéronautiques."

L'asbl Epures appelle les bourgmestres du Brabant wallon concernés à se mobiliser contre le risque d'accroissement des nuisances. D'aucuns estiment que le ministre MR, François Bellot, est bloqué par le partenaire N-VA au fédéral.

Précisons que le ministre Bellot n'a pas donné suite à notre demande d'interview.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK