Survol de Bruxelles: quatre communes pourraient saisir la justice

En principe, le moratoire sur le plan Wathelet sera appliqué le 1er avril prochain. En clair, cela veut dire qu'on reviendrait à la situation précédante, celle d'avant le 6 février dernier. Une situation qui correspondrait à un autre plan vivement contesté par certains: le plan Anciaux. Le problème, selon les quatre communes opposées au moratoire, c'est que le plan Anciaux a été jugé illégal.

Benoît Cerexhe, bourgmestre de Woluwé-Saint-Pierre le rappelle: "C'est totalement contraire à une décision qui a été rendue par la Cour d'appel de Bruxelles en 2005, qui a été signifiée par le gouvernement bruxellois en juillet 2005 et donc qui est définitive. Un retour à la situation antérieure est totalement illégal".

Concrètement, Evere, Schaerbeek et les deux Woluwé craignent d'être à nouveau survolés de manière intempestive. Ces communes plaident pour des solutions alternatives. "Il y avait d'autres alternatives dans le choix des routes", estime Benoît Cerexhe. "Je pense à la route Ikéa, je pense à la route du Ring, à la route appelée Zoulou. Ils y avait d'autres possibilités, mais la ministre n'a pas voulu prendre ses responsabilités". 

Les quatre communes espèrent pouvoir rouvrir les discussions avec la nouvelle ministre fédérale de la mobilité, Jacqueline Galant. Si rien ne bouge, les quatre bourgmestres pourraient lancer des actions en justice contre le moratoire. Quand et de quelle manière ? Ce n'est pas encore décidé.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK