Survol de Bruxelles: le guidage satellite, la solution?

Faire atterrir les avions à l'aide d'un guidage satellite? Une fausse bonne idée pour certains
Faire atterrir les avions à l'aide d'un guidage satellite? Une fausse bonne idée pour certains - © Tous droits réservés

Mercredi soir, au cours d'une conférence-débat organisée par la commune de Jette sur l'épineuse question du survol de Bruxelles, les habitants ont pu échanger avec le médiateur de l'aéroport Philippe Touwaide. Le médiateur y a préconisé une solution qui pourrait à ses yeux soulager les Jettois: appliquer le guidage satellite des avions pour la piste d'atterrissage qui les embête le plus (la 07L), plutôt que le guidage visuel (d'application aujourd'hui). Selon Philippe Touwaide, ça permettrait aux avions de voler 300m plus haut et de survoler davantage de quartiers de bureaux. " Quand les circonstances climatiques l'exigent, uniquement dans ce cas là, on pourrait utiliser la nouvelle procédure RNP , où les avions pourraient voler 1000 pieds plus haut. Ils seraient dans l'axe de piste et ne devraient pas remettre leurs réacteurs en marche pour s'aligner" a-t-il expliqué. 

Un guidage satellite rendrait la piste 07 plus fréquentable

Mais ce n'est pas l'avis de tout le monde. Au contraire, certains observateurs pensent que la situation pourrait se dégrader pour les Jettois. Parce que le guidage satellite (les avions doivent atteindre une coordonnée GPS) permet l'utilisation d'une piste par tout type de temps, de jour comme de nuit, contrairement au guidage visuel (où les pilotes doivent suivre des balises visuelles).  Le député fédéral Ecolo Benoit Hellings redoute dès lors une plus grande utilisation de la 07 et donc davantage de nuisances pour les Jettois : "Ils ont déjà vécu à l'été 2016 la mise en place temporaire de cette procédure. Ils ont été massivement survolés parce qu'à l'époque la piste 01 était en travaux et donc tous les avions se sont concentrés sur la 07 avec ce système de guidage satellite. Qu'ont vu les habitants de Jette, de Laeken, de Koekelberg? Ils ont vu massivement des avions arriver chez eux. Il faut éviter que cette situation se reproduise par la mise en œuvre en stoemelings d'une procédure qui de facto rend la piste 07 plus fréquentable parce qu'on peut atterrir par tout type de temps".

La solution RNP ? Un "Mirage technologique"

Depuis le centre de recherche en géographie à l'ULB, le chercheur Frédéric Dobruszkes, en tout cas, ne voit pas en la procédure RNP une solution miracle pour les habitants du Nord Ouest: "Je pense que c'est un mirage technologique. Le vrai débat n'est pas la technique de navigation mais la densité de population en dessous des zones survolées par les avions à basse altitude lors de l'atterrissage. A Jette, et plus généralement dans le Nord et le Nord-Ouest de Bruxelles, les densités de population sont nettement plus élevées que dans les zones périphériques de Bruxelles au dessus desquelles on passe traditionnellement".   

Quant au Ministre fédéral en charge du dossier des avions, le MR François Bellot refuse de se positionner sur l'application du guidage satellite pour cette piste. "Le médiateur de l'aéroport est un acteur indépendant qui n'a donc pas mandat pour engager le gouvernement". Mais le cabinet de François Bellot précise que l'installation du guidage satellite sur toutes les pistes des aéroports belges est une obligation internationale pour 2020, pour raisons de sécurité.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK