Surpopulation de sangliers à Hastière: la mobilisation a eu raison de la grande battue

Les sangliers s'aventurent plus souvent hors des forêts, à la recherche de nourriture. Ils saccagent les terres agricoles, retournent les jardins et les espaces publics.
Les sangliers s'aventurent plus souvent hors des forêts, à la recherche de nourriture. Ils saccagent les terres agricoles, retournent les jardins et les espaces publics. - © DR

Ce n'est pas la première année que la commune de la Haute Meuse organise une telle chasse pour se débarrasser des sangliers, trop nombreux et qui causent de gros dégâts (notamment aux jardins). Mais cette année, les chasseurs rassemblés pour l'occasion ont préféré annuler, peut-on lire dans plusieurs quotidiens régionaux ce jeudi matin.

Pour quelles raisons ?

Tout simplement parce que le débat autour de cette battue s'est enflammé sur les réseaux sociaux. Non pas que les opposants défendent à tout prix les sangliers mais ils pointent du doigt l'attitude contradictoire des chasseurs qui, d'un côté, pratiquent le nourrissage en forêt... et qui, de l'autre, proposent d'abattre les sangliers quand ils sont trop nombreux.

Selon nos confrères de la presse écrite, certains internautes vont même jusqu'à traiter les chasseurs "d'assassins", d'autres menacent de se balader dans les bois sur les lignes de tir. C'est donc pour des raisons de sécurité que la chasse a été annulée.

Pourtant, la surpopulation des sangliers dans la région est réelle : les dégâts sont de plus en plus nombreux. Les sangliers s'aventurent plus souvent hors des forêts, à la recherche de nourriture. Ils saccagent les terres agricoles, retournent les jardins et les espaces publics.

C'est pourquoi la commune avait déployé les grands moyens pour cette battue. Une quinzaine de chasseurs devaient se déployer dans la région, de 3h00 du matin à 22h00 ce soir. Les autorités communales avaient demandé aux habitants d'autoriser les chasseurs à pénétrer dans les propriétés privées, menaçant les habitants (en cas de refus) de les tenir responsable des dégâts provoqués par les sangliers.

Une communication autoritaire qui, manifestement, au vu des réactions sur les réseaux sociaux, a été mal perçue.

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK