Fusillade à Liège: "Il est clair que l'objectif de l'assassin était de s'en prendre à la police"

Fusillade à Liège: le procureur du Roi confirme une "infraction terroriste"
Fusillade à Liège: le procureur du Roi confirme une "infraction terroriste" - © Julien Bader

Une nouvelle conférence de presse a eu lieu vers 17h à l'hôtel de police de Liège, après la fusillade qui a coûté la vie à trois personnes sur le Boulevard d'Avroy mardi matin.

Christian Beaupère, le chef de corps de la zone de police de Liège a salué le "courage exemplaire" dont les policiers du PAB (Peloton anti-banditisme) ont fait preuve lors de leur intervention. "Les policiers anti-banditisme se sont retrouvés face à l’auteur qui avait pris les armes des deux policières, raconte le chef de corps. L’auteur a fait feu sur les policiers du PAB qui sont certes entrainés et équipés pour ce genre de comportement criminel, mais vu le nombre de balles qui ont été tirées par le criminel, deux policiers du PAB ont reçu chacun une balle dans la jambe".

Les jours de l’un des policiers étaient en danger "puisque l’artère fémorale a été touchée", a jouté le policier. Deux agents de la brigade judiciaire ont également été blessés chacun à un bras et ont subi une opération. "A l’heure actuelle, un des policiers est sorti de l’hôpital, les trois autres sont toujours hospitalisés", a précisé le chef de corps.

Rassurer les écoles

Il a ensuite donné des précisions sur les motivations de l’assassin : "Il est clair que l’objectif de l’assassin était de s’en prendre à la police, c’est ce qu’il a fait d’emblée en se dissimulant derrière les deux agents de police, et après les avoir poignardées sauvagement dans le dos ". Christian Beaupère a tenu à rassurer les écoles en affirmant que l’objectif du tueur n’était pas de tuer dans une école car il "est entré dans l’école mais n’a pas pénétré plus avant".

Catherine Delcourt, la Gouverneure faisant fonction a tout d'abord tenu à exprimer la "très vive émotion et la consternation" qui ont suivies l’événement. Elle a ensuite salué le courage des policiers "pour leur intervention professionnelle et rapide"

Elle a ensuite ajouté que le "périmètre de sécurité est toujours en place."

Minute de silence et suivi psychologique

Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, s'est aussi exprimé. Il a rappelé que "l’école dans laquelle l’auteur s’est réfugié sera fermée demain et peut-être après-demain. Nous souhaitons remettre les lieux en l’état et mettre en place des mesures psychologiques vis-à-vis des élèves et enseignants."

Les drapeaux seront mis en berne à l’hôtel de Ville et dans les bâtiments communaux. Le bourgmestre précise qu'une minute de silence sera organisée et un carnet de condoléances mis à disposition. 

Le bourgmestre a également précisé que le jeune homme abattu dans la voiture était "un élève de la section pédagogique de la Haute Ecole de Liège qui devait être bientôt diplômé comme instituteur". Les examens prévus demain à la Haute Ecole sont reportés. 

Conférence de presse mercredi

Durant la première conférence de presse donnée vers 13h ce mardi l'hôtel de police, le procureur du Roi de Liège a rappelé les faits qui se sont déroulés mardi matin. "Un individu porteur d'une arme blanche a pris en filature deux policiers et les a agressées par l'arrière pour ensuite leur voler leurs armes et a fait feu sur un jeune homme qui était à bord de sa voiture. Il a pris en otage une femme qui travaille dans le lycée Léonie De Waha. Il a fait une sortie en blessant des policiers aux jambes avant d'être abattu. L'affaire a été mise à l'instruction avec présomption d'infraction terroriste. Le dossier a été fédéralisé."

Le niveau 2 de la menace est confirmé par l'OCAM et n'est donc pas relevé. 

Le Premier ministre et le Roi Philippe se sont rendus sur les lieux, à Liège

Par ailleurs, la police fédérale a adressé ses condoléances sur Twitter. 

Une autre conférence de presse aura normalement lieu demain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK