STIB : un nouveau record pour 2011, des nouveaux défis pour 2012

Le grand défi de la STIB sera de faire face à la croissance démographique
Le grand défi de la STIB sera de faire face à la croissance démographique - © RTBF - Delphine Hotua

329 millions, c'est le nombre de voyageurs que la STIB a transporté en 2011. Soit près de 20 millions en plus qu'en 2010. Un nouveau record pour la société de transports publics.

Le métro absorbe toujours la plus grande part de la clientèle avec près de 40% des voyages. Suivent ensuite le tram (34%) et le bus (28%). Le grand défi pour la société bruxelloise de transport, ce sera - dans les années à venir - de digérer cette croissance du nombre d'utilisateurs.

En attendant la STIB se félicite de cette nouvelle année record qui dépasse les attentes. Comme le témoigne Kris Lauwers, son directeur-adjoint : « C’est la énième année de record. Cela fait 10 ans maintenant, que d’année en année, nous augmentons notre croissance. Pratiquement, sur ces 10 dernières années, nous avons doublé notre chiffre d’affaires et notre nombre de voyageurs. Cela montre bien que le Bruxellois a fait le choix du transport public. Le rapport modal a eu lieu. On constate que, en semaine, la moitié des déplacements à Bruxelles se font en transport public et non  plus en voiture.  Le grand défi maintenant sera de garder ces gens-là et de ne pas les repousser. Nous sommes aujourd’hui  à la limite de notre capacité.  En effet, nos trams, nos bus et nos métros sont bondés et il y a du refus déjà aujourd’hui. Nous devons donc croître pour que cette population croissante mais aussi cette population volontariste qui veut prendre les transports publics soient en mesure de les prendre de façon confortable.»

Des projets d'amélioration prévus pour 2012

La société de transport va donc continuer à investir, principalement pour augmenter sa capacité de transport mais pas seulement. En attendant le nouveau contrat de gestion et la réalisation de grands chantiers d'infrastructure, la STIB va augmenter la fréquence de plusieurs de ses lignes... Kris Lauwers nous le précise : «On augmente la fréquence de plusieurs lignes grâce notamment à tous ces nouveaux trams qui arrivent toutes les 2 semaines, on augmente aussi la capacité du métro, et enfin on augmente la fréquence des métros des lignes 1 et 5, qui va passer de 3 minutes à 2 et demi.»

Ce qui permettra d'augmenter la capacité de l'ordre de 3 000 places par heure et par direction... L'heure de pointe est également prolongée en soirée sur plusieurs lignes de bus et de trams.
Et puis après les nombreux incidents qui ont émaillé l'année 2011, la STIB veut également renforcer la sécurité sur son réseau avec l'engagement de 48 nouveaux agents. Kris Lauwers le confirme : « Nous avons réorganisé ces services pour augmenter les équipes sur le terrain. Il faut savoir que la présence sur le terrain a pratiquement doublée pendant les heures les plus chaudes.»

De plus, vous l’avez peut-être remarqué, les indicateurs de temps présents dans les stations de pré-métro de l’axe Nord-Sud sont désormais activés. Ces indicateurs donnent le temps réel d’attente, comme c’est le cas dans les stations de métro. En parallèle, la STIB poursuit l’installation d’écrans aux arrêts de surface les plus fréquentés. Enfin, d’ici fin 2012, 165 « MUPI’S », ces panneaux d’information placés à l’entrée des stations de métro, seront installés. Madou est par ailleurs la première station de métro à disposer d’un MUPI.

Enfin, sachez-le, dès l'automne la STIB va progressivement activer les portillons à la sortie des stations de pré-métro et de métro. Il faudra donc ressortir son titre de transport pour pouvoir quitter le réseau en sous-sol...

Beaucoup de projets pour peu de budget

Les projets ne manquent donc pas, contrairement au budget... Kris Lauwers estime qu'il est impossible d'investir autant avec les moyens actuels. Le budget est beaucoup trop limité. La ministre bruxelloise de la mobilité, Brigitte Grouwels, se dit bien consciente des enjeux mais ne se fait pas d’illusion sur les budgets qui pourront être dégagés pour la société de transport. Il faudra donc, dit-elle, faire preuve de créativité, notamment par la déconsolidation budgétaire de la société par exemple. « Même avec l’accord gouvernemental fédéral, la Région de Bruxelles-Capitale n’est pas une région très riche. Une grande partie du budget va déjà vers les transports en commun, et cela va rester comme ça. Mais on doit trouver d’autres sources de financement. Une des possibilités est de déconsolider la STIB, ce qui donnera beaucoup plus de possibilités à la société de transports publics de faire des emprunts. Des emprunts qui sont nécessaires pour des investissements très lourds d’extension de réseau et qu’on peut financer sur plusieurs années » explique Brigitte Grouwels.

La déconsolidation budgétaire de la STIB signifie que l’on dégagerait le budget de la société de transport de celui de la Région.

Notons encore que le contrat de gestion 2012-2016 n'a toujours pas été rédigé. Et il n'y a pas d'accord non plus au niveau du gouvernement bruxellois sur la procédure de désignation du nouveau directeur de la Société de Transport après le départ d'Alain Flausch, il y a 4 mois maintenant...

Pierre Vandenbulcke – Delphine Hotua

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK