STIB : de plus en plus de chauffeurs se confient à l'assistance psychologique

Lors de l'agression d'un chauffeur,  il est prévu que ce soit un collègue direct qui vienne le soutenir. Une personne qui connait bien la ligne, les horaires, la clientèle et les problèmes les plus fréquents. La victime aura donc ainsi le sentiment d'être comprise.

Ensuite, si cela est nécessaire, le chauffeur aura un contact avec une conseillère sociale et éventuellement un psychologue. Du "cas par cas" car toutes les situations sont différentes.

Emilie Masson est responsable de la cellule d'assistance psychologique à la STIB. Elle nous explique les types d’agression dont sont victimes les conducteurs : « Le chauffeur de bus va souvent être en contact avec la clientèle, mais aussi avec les automobilistes, l’agressivité des gens et leur manque de civisme et de fair-play. Il sera le témoin ou parfois la victime directe de ce genre de faits. Alors que le conducteur de métro, plus isolé dans sa cabine, n’a peut-être pas de contact direct avec la clientèle, mais il doit faire face aux accidents de personne, aux individus qui se promènent dans les voies et au jeu, parfois, de certains qui jouent à sauter devant le métro. Ce qui provoque évidemment un mouvement de panique chez le conducteur. Il peut se sentir impuissant pour éviter l’accident. Notre intervention sera donc adaptée au cas par cas.»

Véronique Fievet – Delphine Hotua

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK