Stambruges: les villageois s'opposent à un projet de "mega home"

Des affiches ont fleuri un peu partout dans Stambruges
3 images
Des affiches ont fleuri un peu partout dans Stambruges - © S. Vandreck

A Stambruges, un exploitant de maisons de repos demande un permis pour construire un home pour personnes âgées. Dans un premier temps, il prévoit 126 résidents, mais des extensions sont envisagées. Les habitants craignent que ce projet dénature leur village rural.

Des affiches ont fleuri un peu partout dans le village ces dernières semaines : "Non au projet de méga home !", disent-elles.

Et il n'y a pas qu'aux fenêtres que l'opposition se fait entendre : lors de l'enquête publique qui s'est clôturée début septembre, la commune a reçu près de 120 courriers.

Parmi les principaux griefs, il y a la localisation du projet : une immense prairie, enclavée entre les habitations et aujourd'hui uniquement accessible par des sentiers piétons. "C'est un endroit protégé depuis des siècles, je ne veux pas qu'il soit défiguré. Et puis je ne veux pas avoir cette fourmilière dans mon jardin", explique une riveraine. Anthony Soete, le gérant de la sprl qui a introduit le projet, se défend en expliquant que le terrain en question est en zone constructible. "Le bâtiment n'occupera que 23% de la parcelle, et on se trouvera toujours à au moins 100 mètres des habitations voisines", ajoute-t-il.

La taille du home effraie aussi le voisinage: il prévoit une superficie bâtie de 2500 m² et une hauteur de 12 mètres, soit trois niveaux. La maison de repos hébergerait dans 126 pensionnaires, et pourrait même s'agrandir, ce qui semble énorme pour les villageois. "120 lits, c'est une taille normale pour un projet viable, à l'heure actuelle", explique Anthony Soete. "Aujourd'hui, les maisons de repos plus petites essaient de s'étendre ou tendent à disparaître".

La seule concession que les riverains se disent prêts à faire, c'est sur la hauteur du bâtiment. Ils l'ont répété lors d'une réunion de concertation ce lundi. Un terrain d'entente pourrait même être trouvé, vu que le maître d'oeuvre se dit prêt à baisser son projet d'un niveau. "La hauteur sera alors réduite à 6 ou 7 mètres, mais il faudra construire une 3e aile".

Le Collège Communal doit encore analyser tous ces arguments. Il doit remettre son avis au fonctionnaire-délégué pour le 10 octobre prochain.

Stéphanie Vandreck

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK