Stage d'insertion: les jeunes FGTB dénoncent le couperet des 25 ans

Les jeunes FGTB Liège-Huy-Waremme dénoncent le couperet des 25 ans pour le stage d'insertion
Les jeunes FGTB Liège-Huy-Waremme dénoncent le couperet des 25 ans pour le stage d'insertion - © Jeunes FGTB

Désormais même un jeune qui n'aura pas terminé ses études avant ses 24 ans, ne pourra pas bénéficier d'allocation d'insertion... En considérant qu'il devra accomplir son an de stage d'insertion avant son 25e anniversaire. Cette mesure du gouvernement Michel est d'application depuis le premier janvier. Une mesure que dénoncent et veulent voir supprimer les jeunes FGTB de Liège-Huy-Waremme.

Concrètement, avec un stage d'insertion d'un an, pour obtenir son allocation, un étudiant du supérieur n'aura aucun droit à l'erreur: ni accident de parcours, ni redoublement, ni voyage à l'étranger. Pour les Jeunes FGTB, cette mesure exclut les jeunes du monde du travail dans une société qui paradoxalement, demande de plus en plus de qualifications. Le syndicat organisait une séance d'information pour ces jeunes diplômés privés d'allocation d'insertion.

"J'ai le sentiment d'être un boulet"

Parmi eux, Laurent. Il vient de terminer ses études en communication à l'Université de Liège. Il a été surpris par cette décision: "J'ai 27 ans, j'ai eu une fin de parcours assez chaotique. Je n'arrivais pas à terminer mon mémoire. Et du jour au lendemain , je me retrouve sans rien. C'est déjà difficile de trouver de l'emploi. Je suis hyper dépendant de mon père. Si je veux aller au cinéma, il faut que je demande de l'argent. J'ai le sentiment d'être un boulet." Florence vient d'achever ses études d'infographie. A 26 ans, elle aussi n'aura pas droit à l'allocation d'insertion. Elle a mis 6 ans pour obtenir son diplôme en infographie parce qu'entretemps, elle a décidé d'être maman: "On a rien pour nous aider si on cherche du travail. Si j'avais été au courant de cette mesure avant, j'aurais hésité à faire un enfant."

Vers une scolarité alimentaire?

Pour Vincent Fanara des Jeunes FGTB Liège-Huy-Waremme, on se dirige vers une paupérisation d'une partie de la population où les familles aisées pourront aider leurs enfants à poursuivre leurs études et chercher du travail après 25 ans tandis les autres ne pourront plus choisir les études qu'ils désirent réellement: "Une personne qui fait actuellement un baccalauréat et a envie de faire un master pourrait se dire qu'elle arrête pour éviter de futurs soucis financiers. Même dilemme pour aller étudier un an à l'étranger." Selon la FGTB, avec cette mesure, 3160 jeunes wallons seront privés de leur allocation d'insertion dont 800 environ dans l'arrondissement de Liège.

Erik Dagonnier