Stade national: la Ville de Bruxelles va rompre son bail emphytéotique avec Ghelamco

Le maquette de l'Eurostadium.
2 images
Le maquette de l'Eurostadium. - © THIERRY ROGE - BELGA

Lundi prochain, le conseil communal de la Ville de Bruxelles sera amené à se prononcer sur le point suivant: "Mandater le Collège des Bourgmestre et Echevins à prendre toute mesure nécessaire pour ne plus poursuivre le projet Eurostadium". En clair, la Ville de Bruxelles abandonne le projet de construction de stade national sur le parking C du Heysel. Les élus devraient voter massivement en faveur de la proposition.

Alain Courtois: "La Ville de Bruxelles était demandeuse de rien"

Comment le Collège de la Ville de Bruxelles compte s'y prendre pour ne plus poursuivre le projet? Il va d'abord rompre le bail emphytéotique conclu avec le promoteur Ghelamco, désigné pour la construction de l'enceinte de 60.000 places. Ensuite, la Ville de Bruxelles attendra la position de la Région bruxelloise.

"Il faut rappeler que la Ville de Bruxelles a toujours été demandeuse de rien", insiste Alain Courtois (MR), échevin des Sports de la Ville de Bruxelles à la RTBF. "Au départ, c'est une décision de la Région bruxelloise, remontant à 2013, qui propose le site du parking C, avec l'appui de l'Union belge de football. Loyalement, la Ville a honoré la demande de la Région avant de conclure un bail avec Ghelamco", désigné au terme d'un appel d'offres. La Ville de Bruxelles a donc écrit aux ministre-président Vervoort (PS) et ministre des Sports Vanhengel (Open VLD) pour connaître leurs intentions futures. "On continue avec le parking C ou on tire la prise?", questionne Alain Courtois. Si la Ville récupère le parking C, c'est du foncier supplémentaire disponible pour son projet NEO de redéploiement du Heysel.

Miné dès le départ

Reste que le projet de stade national, d'Eurostadium, qui devait voir le jour pour le championnat d'Europe de football en 2020, semblait miné dès le départ. Pour rappel, le terrain du parking C est propriété de la Ville de Bruxelles mais situé à Grimbergen, en Région flamande. Guerres communautaires obligent avec un N-VA au pouvoir en Flandre, l'idée de la construction d'un stade "national" ne pouvait que crisper le Nord du pays. Résultat: le promoteur s'est vu refuser son permis à deux reprises par le gouvernement flamand.

Autre mur sur lequel le projet s'est fracassé, l'avis de l'UEFA. Fin 2017, l'organisateur de l'Euro 2020 décide de ne confier aucun match à Bruxelles. Et pour cause: le projet de l'Eurostadium est dans l'incertitude la plus totale.

Enfin, pour ce stade, il fallait un club résident. Si les regards se tournent rapidement vers Anderlecht, les dirigeants mauves ont du mal à se décider. Dans le même temps, ils ambitionnent de rénover l'enceinte du parc Astrid. Les atermoiements finissent d'achever la viabilité du futur stade national.

Un litige devant les tribunaux?

Et Ghelamco dans tout cela? Selon L'Echo, le promoteur aurait introduit une recours contre le refus du permis d'urbanisme. Toujours selon le journal économique, Ghelamco plancherait sur un nouveau projet, qui répondrait aux avis négatifs du gouvernement flamand. 

En tout état de cause, avec la Ville qui souhaite rompre le bail emphytéotique, Ghelamco pourrait également porter l'affaire devant les tribunaux et réclamer des indemnités. Un litige qui pourrait durer plusieurs années.

 

 

 

 

 

Les Clés de l'Info : carton rouge pour le stade national le 30/01/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK