Spiennes: le Silex's s'attend encore à faire le plein cette année

"Le plus ancien site visitable au monde", selon la dernière édition du guide du Routard
"Le plus ancien site visitable au monde", selon la dernière édition du guide du Routard - © S. Vandreck

Certains attendaient sur place bien une heure avant la réouverture du site ce samedi matin. Il faut dire que la descente dans ces minières néolithiques vieilles de 6000 ans est limitée à trois groupes de douze personnes par jour. Et pas question d'augmenter la capacité en ce week-end de réouverture: les minières de Spiennes sont un patrimoine fragile. "Quand le visiteur descend, il amène avec lui des spores, de l’humidité, qui peuvent avoir un impact sur la minière. L'idée est donc de la conserver au mieux", insiste la conservatrice des site Unesco de la ville de Mons, Manuela Valentino. Les minières craignent aussi le gel, ce qui explique pourquoi elles n'ouvrent pas au public toute l'année.

Dans les entrailles de la terre

Après une visite commentée en surface, les premiers explorateurs du jour s'équipent pour descendre dans les entrailles de la terre, à dix mètres de profondeur. Casque et harnais de rigueur pour descendre dans le puits par une échelle métallique. Une fois en bas, les visiteurs s'émerveillent dès que la lumière s'allume. La magie se poursuit quand Églantine Braem, la guide, précise que les lieux sont restés tels qu'il y a 6000 ans "Vous marchez sur le sol sur lequel ont marché les mineurs du néolithique, et les parois sont telles qu'ils les ont laissées", décrit-elle, en rappelant toute fois de bien faire attention à ne pas s'appuyer sur ces parois fragiles. Un morceau de silex passe de main en main. L'exploration se poursuit et le public découvre le travail des mineurs, celui des archéologues d'hier et d'aujourd'hui. Il est temps de remonter pour laisser place à un autre groupe.

Des visites vite complètes

Depuis son ouverture en 2015, le Silex's a petit à petit trouvé son public. "Le chiffre est en constante augmentation, poursuit Manuela Valentino. Nous avons beaucoup d'individuels, dont beaucoup de néerlandophones, de plus en plus de groupes scolaires aussi, même s'il reste du travail à faire auprès de ce public". Même si les descentes dans la minière sont vite complètes, vu le nombre limité, un public trouve aussi son compte dans l'espace muséal aménagé en surface et les balades proposées. Et cette fréquentation devrait encore se confirmer cette année, vu que la dernière édition du guide du Routard "Belgique" présente les minières comme le plus ancien site visitable du monde. Une nouvelle belle carte de visite après le classement du site par l'Unesco en 2000.

Reportage à Spiennes (JT 13 h du mardi 03 avril):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK