Soutien à "Manu Brocante", un habitant des Marolles menacé d'expulsion

Manifestants opposés à l'expulsion de "Manu Brocante"
Manifestants opposés à l'expulsion de "Manu Brocante" - © Rtbf

Une soixantaine de personnes ont manifesté bruyamment cet après-midi dans le quartier populaire de la Marolle, dans le centre de Bruxelles. Ils s'opposent à l'expulsion de Manu, un habitant du quartier en litige avec l'ancienne syndicaliste Anne-Marie Appelmans, active au sein du CGAM, le Comité Général d'Action des Marolles. Manu Rouffin, alias "Manu Brocante" habite depuis un an un appartement au premier étage d'un immeuble au statut peu clair.

La rue des Renards est une ruelle étroite et pavée reliant la rue Blaes et la rue Haute. Nos sommes au coeur de la Marolle, le quartier populaire de Bruxelles par excellence.

Au numéro 15, le rez-de-chaussée abrite l'asbl "Chez Albert", constituée pour perpétuer la mémoire d'Albert Faust, ex-mari décédé d'Anne-Marie Appelmans, qui fut le secrétaire général du SETCA de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

On y trouve ses documents et autres archives. Au premier étage vit Emmanuel Rouffin, dit Manu Brocante. Une des pièces qui devrait lui servir de chambre a toutefois été affectée au CGAM pour y installer un "espace numérique".

L'immeuble appartient à la Régie foncière de la Ville de Bruxelles, qui l'a cédé au CPAS. Lequel l'a mis à disposition d'Anne-Marie Appelmans et de "Chez Albert".

C'est donc l'ancienne présidente de la FGTB Bruxelles qui sous-loue le premier étage depuis un an à Manu Rouffin. 

Pour Manu Brocante, la Marolle est son "pays", son territoire. Il n'envisage pas de vivre ailleurs. Lorsque la Ville de Bruxelles rend publique son intention de construire un parking sous la Place du Jeu de Balle, Manu Brocante fait évidemment partie des plus farouches opposants au projet.

Et quand Yvan Mayeur, flanqué d'Anne-Marie Appelmans, annonce une "solution entre Marolliens" et l'abandon du projet de parking, le sang de Manu Brocante ne fait qu'un tour. Le CGAM et Anne-Marie Appelmans ne se sont pas vraiment impliqués dans la lutte contre le projet de parking. Le locataire du 15 rue des Renards accuse sa propriétaire d'usurper la victoire des habitants.

Un renon contesté

Quelques jours plus tard, Manu Brocante reçoit son renon. Il dispose d'un mois pour quitter son logement.

Pour lui, pas de doute, il s'agit d'un règlement de comptes. Il paie le fait d'avoir critiqué l'attitude d'Anne-Marie Appelmans dans le dossier du parking sous la Place du Jeu de Balle.

Ce jeudi, une soixantaine de personnes se sont rassemblées devant chez Manu. En fanfare, ils se sont d'abord rendus devant le siège du CPAS de Bruxelles avant de se diriger vers le CGAM. Ils y ont orchestré un fameux chahut avant qu'une délégation ne rencontre Anne-Marie Appelmans.

La responsable du CGAM a campé sur ses positions. L'expulsion de Manu Brocante relève désormais de la Justice de Paix.

Une position que nous a réaffirmée Anne-Marie Appelmans quelques instants plus tard. Elle ne souhaite faire aucun commentaire sur le fond du litige. Et déplore le chahut des manifestants, qui a empêché ses collaborateurs de travailler. Les manifestants se sont rapidement dispersés sans incident.

P. Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK