Soupçons de harcèlement: 4 professeurs suspendus à l'école provinciale d'élevage et d'équitation de Gesves

Plusieurs élèves ont rapporté à un de leurs professeurs être victimes de harcèlement de la part de certains professeurs de cours pratiques. Insultes, intimidations, actes de violence, propos déplacés... Des dénonciations qui sont remontées jusqu'à la direction et au pouvoir organisateur, le collège provincial de Namur. Les quatre professeurs soupçonnés d'avoir eu un comportement inadéquat ont été suspendus de manière préventive.

"Nous avons été informés jeudi et avons directement pris les mesures nécessaires", explique Jean-Marc Van Espen, le président du collège provincial namurois. "Les faits rapportés sont interpellants et donc à prendre au sérieux. Les professeurs sont écartés préventivement. Ces mesures d'écartement permettent de commencer une instruction".

Des rumeurs, pas encore de témoignage

Les professeurs incriminés sont convoquées pour une entrevue ce mardi par l'inspecteur général en charge de l'enseignement. Il doit entendre leur version et rédiger un rapport qui sera ensuite transmis au collège provincial qui se réunit ce jeudi.

"Nous investiguons mais n'avons à l'heure actuelle aucun témoignage, tempère Marie-France Marlière, inspecteur général à la province de Namur pour le secteur Enseignement-Formation. "Mon travail est de récolter des informations et de les vérifier. Il faut que les élèves puissent témoigner en sécurité, qu'ils transmettent un témoignage s'ils souhaitent le faire. D'autre part, je dois permettre aux professeurs de s'exprimer par rapport à ces rumeurs. Écouter les élèves, respecter les droit de la défense... En fonction des infos recueillies, nous entreprendrons les procédures si nécessaire. A ce stade, quatre professeurs sont suspendus de manière préventive. Il ne s'agit pas du tout d'une sanction".

L'école provinciale d'élevage et d'équitation de Gesves est une école secondaire qui compte chaque année entre 60 et 80 élèves.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK