Sorti de terre, le Fort de Saint-Héribert s'éveille aux visiteurs

Enfoui sous terre depuis 1969, le fort de Saint-Héribert est désormais ouvert aux visites sur les hauteurs de Wépion, en région namuroise.

Et le fort de Saint-Héribert, c’est l’un des neuf forts de la ceinture de défense qui protégeait Namur durant les deux guerres mondiales. Mais l’être humain est parfois ingrat et voilà donc, qu'après la Seconde Guerre mondiale, la place forte se retrouve ensevelie sous des montagnes de déchets et de terre pendant près d'un demi-siècle.

L'oeuvre d'un homme

Il aura fallu la pugnacité d’une poignée de bénévoles et de nombreux coups de pelle et de pioche pour sortir de terre une petite partie des casemates. A la tête de cette entreprise gigantesque, Emile Legros, un homme de 83 ans, propriétaire du bois où se trouve le fort de Saint-Héribert.

On s'est payé, pour la Saint Nicolas, un tracteur

Il y a quelques années, il a décidé de casser sa tire-lire pour déblayer une petite partie du fort triangulaire. "On s'est payé, pour la Saint Nicolas, un tracteur, du matériel important, comme ça on a tout fait soi-même avec les enfants". Une grue qui a notamment servi à dégager de nombreuses tonnes de terre pour libérer la fameuse cour et pouvoir entrer dans le fort.

À l’intérieur, outre les galeries, des fossés forment la fameuse structure triangulaire du fort. Ces fossés, il y en a a trois. Les dégager serait fantastique afin de redonner un peu plus encore vie au lieu. Seulement voilà, chacun d'eux mesure 700 mètres de long sur 10 mètres de large et 6 de haut, un écueil difficilement surmontable. Jean-Marie Brams, bénévole passionné et conseiller technique explique "Ce serait possible mais seulement il faut une fortune, une fortune estimée à 250 000 euros".

Et le porte-feuille d'Emile Legros n'est pas assez épais pour s'offrir ce plaisir. Il a cependant tenu à créer avec sa fille Françoise une fondation qui porte son nom. "Pour que le fort reste une éternité et qu'il ne soit plus jamais remblayé comme il l'a été quoi".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK