Sonaca: la Région wallonne a écarté la piste de repreneurs belges

La Région wallonne cherche à faire entrer un partenaire dans le capital de la Sonaca.
La Région wallonne cherche à faire entrer un partenaire dans le capital de la Sonaca. - © Belga

Alors qu'elle cherche à faire entrer un partenaire dans le capital de la Sonaca, la Région wallonne a écarté à deux reprises la piste d'un groupe d'industriels belges, annonce mercredi L’Écho, citant plusieurs sources. Par ailleurs, la Commission européenne a approuvé ce mercredi un projet de la Région wallonne de convertir en capital une créance subordonnée de 43,5 millions d'euros qu'elle détient à l'égard de l'entreprise aéronautique.

En octobre 2010, Olivier Goldberg, un industriel et promoteur immobilier, et Laurent Levaux, patron d'Aviapartner, remettent une première offre. La banque d'affaires française Rothschild, mandatée par la Région wallonne pour susciter l'entrée d'un partenaire privé dans le capital de l'équipementier aéronautique carolo, leur signifie toutefois en janvier 2011 qu'ils ne sont plus dans la course.

Le cabinet de Jean-Claude Marcourt (PS), ministre wallon de l’Économie et des PME, lance alors des négociations exclusives avec le fonds d'investissement français ACE qui échoueront deux mois plus tard.

En juin 2011, la Région décide de relancer les contacts avec le tandem Goldberg-Levaux, qui ouvre alors son projet à d'autres industriels belges connus. Un an plus tard, les deux camps aboutissent à un accord de principe. Au moment de tout finaliser, le chef de cabinet de Jean-Claude Marcourt leur signifiera pourtant par SMS que les négociations sont rompues. Il n'y avait pas assez de visibilité sur la capacité financière que ces industriels pouvaient dégager au profit de la Sonaca si les choses tournaient mal par la suite, a-t-on expliqué dans l'entourage du ministre Marcourt pour justifier cette décision.

Feu vert européen à la conversion en capital d'une créance wallonne

La Commission européenne a approuvé ce mercredi un projet de la Région wallonne de convertir en capital une créance subordonnée de 43,5 millions d'euros qu'elle détient à l'égard de l'entreprise aéronautique Sonaca dont elle est actionnaire à 92,29%.
Gardienne de la libre-concurrence, la Commission estime que cette conversion ne constitue pas une aide d'Etat "parce qu'elle correspond au comportement qu'aurait adopté un investisseur privé placé dans les mêmes conditions".
"Les informations soumises par les autorités belges", précise l'exécutif européen dans un communiqué, "démontrent qu'un scénario de liquidation forcée de l'entreprise ne permettrait la récupération que d'une partie très réduite de la créance publique. Au contraire, en cas de conversion, les perspectives de retour sur investissement de la Région wallonne sont bonnes, notamment au regard des commandes déjà enregistrées et escomptées par Sonaca".

Etablie à Gosselies, près de Charleroi, la Sonaca est spécialisée dans la fabrication des becs de bord d'attaque des ailes d'avion. Elle emploie environ 1 200 personnes à Gosselies sur un total de 2 000 travailleurs pour le groupe qui compte également des sites en Amérique du nord, au Brésil ou en Chine.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK