Soignies : remise en question de l'accueil de détenus à l'hôpital

CHR de Soignies
CHR de Soignies - © rtbf.be

Après l'évasion d'un détenu du centre hospitalier de Soignies, la zone de police Haute-Senne remet en cause la convention qui lie cet hôpital à la prison d'Ittre. C’est là qu’était en effet incarcéré le malfrat hospitalisé.

Dans la nuit du 10 au 11 mars derniers, un détenu de la prison d'Ittre s'évadait du centre hospitalier de Soignies où il avait été admis. Cette évasion a mis en lumière une série d'incohérences, que la zone de police Haute Senne et les communes concernées voudraient voir changer. Notamment en terme de surcharge de travail pour la police locale. Sans quoi la convention qui lie l'hôpital de Soignies à la prison d'Ittre pourrait être remise en cause.

Pour Jean-Jacques Flahaux, qui préside le collège de police de la zone Haute Senne, cette situation s'explique par le refus de l'hôpital de Tubize d'accueillir des détenus. Pourtant ce dernier établissement est plus proche d'Ittre. C'est pourquoi des contacts seront pris, d'abord avec le ministère de la santé pour tenter de contraindre Tubize à accueillir des prisonniers, mais aussi avec la ministre de l'intérieur.

Jean-Jacques Flahaux donne un mois aux autorités pour tenter de trouver une solution. Sans quoi la déjà longue liste des hôpitaux qui refusent de soigner les prisonniers comptera un établissement de plus.

Jean-Christophe Adnet, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK