Soignies : Les élèves du collège Saint-Vincent manifestent leur ras-le-bol

Ce vendredi, seuls les élèves de troisième année et les rhétos assistent à des cours en présentiels au sein du Collège Saint-Vincent. Cela représente tout de même quelque 800 élèves. Mais à 10h20, lorsque sonne la fin de la récréation du matin, personne ne réagit. Ils ne rentreront pas en classe. "Hier, ce sont les profs qui se sont exprimés contre les mesures qui les touchent, explique Alexis, élève de rhéto. On est allé les voir et les éducateurs, aussi. On leur a dit que nous aussi nous voulions faire entendre ce qu’on a à dire. Et ils nous soutiennent."

"On ne sait plus où donner de la tête"

D’annonces gouvernementales en mesures qui les touchent directement, les jeunes se disent perdus. Camille, élève de 5e année n’avait pas de cours en présentiel aujourd’hui. Elle a pourtant rejoint les grilles de son école pour participer au mouvement : "je me suis sentie baladée dans tous les sens par le gouvernement qui me disait que j’allais revenir à l’école et puis plus. On nous dit qu’on va passer en enseignement hybride. On nous dit que ça ne nous convient pas mais on le fait quand même. On ne sait plus quoi faire et où donner de la tête"! Nicolas, élève de rhétos rajoute : "J’ai un copain qui est sous certificat médical depuis la dernière rentrée. Il est à bout, il est en décrochage complet. Tout le monde est en décrochage. On fait des petits sondages entre nous. C’est le carnage total"!

Une lourde absence de perspectives

On le sent, le malaise est grand. Nathan, élève de 5e année est lui aussi venu pour soutenir l’action depuis l’extérieur de l’établissement : "jamais je n’aurais imaginé manifester pour réclamer l’ouverture de l’école". Car la crainte de ces jeunes est là. La mesure prise d’organiser l’enseignement exclusivement à distance une semaine avant les vacances de Pâques est assortie de la volonté de garantir une reprise totale en présentiel, le 19 avril prochain. L’angoisse, c’est de voir cette vraie rentrée une nouvelle fois reportée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK