Six ex-ministres bruxellois bénéficient de dix collaborateurs pour un coût de 880.000 euros par an

Ces collaborateurs bénéficient à six anciens ministres ou secrétaires d'Etat.
2 images
Ces collaborateurs bénéficient à six anciens ministres ou secrétaires d'Etat. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Six ex-ministres ou secrétaires d’Etat à la Région bruxelloise bénéficient, depuis la fin de leur mandat en juillet 2019 et la mise en place du nouveau gouvernement PS-Ecolo-DéFi, de collaborateurs. Ceux-ci sont au nombre de dix et ont été attribués à Guy Vanhengel (Open VLD), Didier Gosuin (DéFi), Céline Frémault (cdH), Bianca Debaets (CD&V), Cécile Jodogne (DéFi) et Fadila Laanan (PS). Comme le prévoit la règle en Région bruxelloise, la mise à disposition de ce personnel doit permettre à ces anciens responsables politiques d’assurer le suivi de leurs dossiers et leur secrétariat (dépouillement du courrier, réponses aux questions, invitations…) après leur sortie de charge.

Pendant cinq ans

A ce jour, dix personnes sont engagées dont deux collaborateurs à temps partiel (un 80% chez Didier Gosuin et un 50% chez Bianca Debaets), précise le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) dans une réponse à une question écrite de la députée N-VA Cieltje Van Achter. La durée de la mission des dix collaborateurs s’étale sur cinq ans. Le coût annuel global pour les finances régionales de cette mise à disposition est estimé à 883.989 euros (946.230 euros si les prestations passent à 100% pour les dix collaborateurs).

Voici le détail comprenant la rémunération de base annuelle ainsi que les avantages (abonnement STIB, chèques-repas, pécule de vacances, primes de fin d’année). A noter que certains ex-ministres ont été réélus députés en mai 2019 et qu’à ce titre, ils disposent également d’un collaborateur parlementaire.

  • Guy Vanhengel (Open VLD), ex-ministre des Finances et du Budget: deux collaborateurs à plein temps pour un montant global de 205.000 euros.
  • Didier Gosuin (DéFi), ex-ministre de l’Emploi: un collaborateur à temps plein et un collaborateur à 80% pour un montant total de 153.000 euros.
  • Céline Frémault (cdH), ex-ministre de l’Environnement: un seul collaborateur à temps plein pour un montant de 69.000 euros.
  • Bianca Debaets (CD & V), ex-secrétaire d'Etat à l’Egalité des Chances et au Bien-être animal : un collaborateur à 100%, un deuxième à mi-temps. Coût: 133.000 euros.
  • Fadila Laanan (PS), ex-secrétaire d'Etat à la Propreté publique: deux collaborateurs temps plein pour un coût de 205.000 euros.
  • Cécile Jodogne (DéFi), ex-secrétaire d'Etat en charge du SIAMU et du Commerce extérieur: un seul collaborateur temps plein pour un coût de 116.000 euros.

La N-VA parle d’un coût excessif

Mais voilà, pour l’opposition N-VA, le système est à réformer rapidement. Les nationalistes flamands avaient déjà dénoncé ce système en 2015. Ils prennent pour modèle la Flandre, où les ministres qui quittent leur fonction ont droit à un seul collaborateur pendant deux ans. "Le coût potentiel sur cinq ans est de près de cinq millions d’euros. Pour nous, c’est excessif", explique Cieltje Van Achter à la RTBF. "Le système doit être limité à un seul collaborateur par ex-ministre pour une durée de deux ans maximum. Nous savons tous que le gouvernement bruxellois cherche des financements pour la mise en œuvre de ses politiques. Avec notre proposition, il y a moyen de réaliser une économie d’environ quatre millions d’euros avec lesquels Bruxelles peut financer des politiques beaucoup plus utiles pour les Bruxellois."

Utilité

La N-VA dit ne pas questionner l’utilité pour un ancien ministre de disposer d’une "assistance encore pendant quelques mois afin de mettre de l’ordre dans certains documents, pour les archiver ou même pour répondre à des questions du Parlement" quand des dossiers d’actualité portent sur des décisions plus anciennes. "Mais disposer de deux personnes pendant cinq ans pour accomplir de telles tâches est excessif".

La N-VA va consulter d’autres groupes parlementaires et envisage le dépôt d’un texte au niveau du Parlement bruxellois. "Pour moi, le plus important est d’avoir un changement afin de réaliser une économie."

Adaptation pas à l’ordre du jour

On l’a vu dans le détail: les rémunérations ne sont pas égales. Par collaborateur, certaines peuvent dépasser les 100.000 euros par an. Des montants à mettre en lien avec l’ancienneté professionnelle du collaborateur. Cieltje Van Achter propose de son côté des traitements plafonnés.

Une adaptation de ce système n’est en tout cas a priori pas à l’ordre du jour, répond de son côté le cabinet du ministre-président Rudi Vervoort. "Mais s’il y a une volonté de le faire à tous les niveaux de pouvoirs, alors nous suivrons bien sûr."

Dans un tweet, l'administrateur du site Cumuleo.be a qualifié ce système "d'abus d'argent public". "Rien ne justifie d'avoir des collaborateurs à disposition payés par la collectivité pendant 5 ans après la fin de l'exercice d'un mandat ministériel", écrit Cumuleo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK