Six bisons de Han-sur-Lesse bientôt remis en liberté en Roumanie

Jolon, le jeune bison mâle, et ses 5 congénères de Han-sur-Lesse quitteront la Belgique ce mercredi matin. Ils ont été préparés à leur nouvelle vie en liberté.
Jolon, le jeune bison mâle, et ses 5 congénères de Han-sur-Lesse quitteront la Belgique ce mercredi matin. Ils ont été préparés à leur nouvelle vie en liberté. - © RTBF

Ils partent ce mercredi en camion, non sans avoir reçu un petit tranquilisant, pour rejoindre une réserve naturelle en Roumanie, où ils vivront bientôt en liberté avec une trentaine d'autres congénères. Les bisons ont été préparés à cette nouvelle vie.

La petit troupeau, un mâle et cinq femelles, a été soigneusement préparé à cette mise en liberté. "C'est d'abord une question alimentaire, explique Anthony Kohler, responsable adjoint de la réserve animalière. Dans la nature, les bisons doivent se nourrir tout seuls". A Han-sur-Lesse, leur régime était le plus naturel possible : branchages et herbe broutée. Le programme prévoit aussi une réduction progressive des compléments alimentaires.

Autre apprentissage essentiel : la vie en troupeau. "Le jeune mâle qui s'en va en Roumanie a été en contact pendant un an avec notre grand mâle. Il a donc appris qu'il vaut mieux éviter de se frotter au dominant du troupeau, savoir qu'il faut parfois renoncer au combat. Par contre, on a pu observer qu'il se chamaillait régulièrement avec les autres mâles, moins puissants, pour trouver sa place dans le troupeau." Un apprentissage bien nécessaire quand Jolon - c'est son nom - se retrouvera en Roumanie dans une troupeau d'une trentaine de bisons d'Europe.

Au milieu des prédateurs

Par contre, il y a des lois naturelles qu'il faudra bien apprendre sur le tas. "Dans la réserve des Carpates où il seront relâchés, explique Anthony Kohler, il y a des prédateurs, comme les ours ou les loups. Nos bisons vont devoir apprendre à défendre leur progéniture de ce danger, qu'ils ne peuvent pas connaître dans un parc fermé comme Han-sur-Lesse".

Autre risque à assumer : l'absence de médecin vétérinaire dans la nature ! Récemment, plusieurs bisons réintroduits en Roumanie ont succombé à la maladie de la langue bleue. "Maintenant que nous savons que la maladie est présente en Roumanie, nous avons vacciné nos bisons avant leur départ".

Trois mille bisons en liberté

Cela fait plus de dix ans que la Réserve de Han-sur-Lesse participe à des programmes de réintroduction d'espèces menacées : aurochs, tarpans, chevaux de Przewalski... Le bison d'Europe, qui a frôlé l'extinction au début du 20e siècle, fait aussi l'objet d'un tel programme. Ils sont environ 3000 en liberté actuellement, essentiellement en Europe centrale et de l'est : Allemagne, Pologne, Russie...

L'année dernière, un premier troupeau de dix-sept bisons a été réintroduit sur le site Natura 2000 des montagnes Tarcu, dans les Carpates. Deux provenaient déjà du domaine des Grottes de Han.

François Louis

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK