Seraing: une motion unanime pour la sidérurgie liégeoise

Le débat s'est déroulé en présence de 50 à 60 représentants syndicaux et travailleurs d'ArcelorMittal. Même si certains conseillers ont été hués pendant qu'ils s'exprimaient et que certains travailleurs n'ont pas hésité à les interrompre de manière virulente, aucun débordement n'a été à déplorer.

Cette motion vise à solliciter du gouvernement wallon qu'il examine, avec toutes les forces vives, l'ensemble des pistes (publiques ou privées) permettant de donner un avenir à la sidérurgie mais aussi d'inciter le gouvernement fédéral à saisir la commission européenne afin de poursuivre Mittal s'il s'avère qu'il n'a pas respecté les règles de concurrence européenne. Le MR a tout de même mis en garde contre une expropriation qui ne serait pas mûrement réfléchie dans le sens où "ArcelorMittal est redevable en terme d'environnement d'un passif gigantesque"!

Par ailleurs, le maïeur a annoncé qu'il vient d'adresser une lettre au groupe Mittal. En effet, suite aux informations selon lesquelles un repérage des installations sidérurgiques aurait eu lieu en vue d'un démantèlement, le maïeur prévient qu'il a chargé la police locale d'intervenir pour interdire toute sortie des sites sérésiens.

La direction d'ArcelorMittal a répondu à Alain Mathot

Dans sa réponse, la direction liégeoise d'ArcelorMittal précise qu'elle a toujours agi dans le respect des réglementations. Autant la sécurité que l'environnement sont deux priorités que nous entendons maintenir, ajoute le sidérurgiste, quelle que soit la situation économique face à laquelle nous sommes aujourd'hui confrontés. C'est effectivement ce que vous appeliez ... de la musculation !


RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK