Seraing: le nouveau bâtiment de CMI surnommé "le lingot"

"L'orangerie" surnommée le "lingot" par les habitants
3 images
"L'orangerie" surnommée le "lingot" par les habitants - © RTBF.BE

C'est sa couleur et sa forme qui ont donné aux Sérésiens l'idée de surnommer "le lingot" cet immeuble qui semble tenir seul au-dessus du vide. Mais le tout nouveau bâtiment de CMI au centre de Seraing s'appelle officiellement l'orangerie parce qu'à cet endroit, il y a un peu plus de deux cents ans, le Prince-évêque faisait cultiver des oranges en serre.

Le nouveau bâtiment, tel qu'il est conçu, permettra de faire des économies d'énergie. Comme l'explique Bernard Serin, le patron de CMI. "Le bâtiment est entouré d'une astuce architecturale qui s'appelle le moucharabieh qui permet d'économiser l'énergie notamment en été et d'économiser la climatisation. Ce moucharabieh a une couleur un peu dorée ce qui fait qu'il a été surnommé "le lingot" mais pour nous il s'appelle l'orangerie. Il y a d'importants blocs de béton enterrés. Un système de câbles qui fait que c'est comme une grue invisible qui tiendrait le bâtiment. On l'a voulu ainsi pour que les visiteurs du monde entier qui viennent ici sortent de ce siège à la fois impressionnés par la durée de vie de la société, puisque nous sommes dans un château du 18ème siècle qui était celui des Princes Evêques, mais également par cette extension ultra moderne avec un porte à faux impressionnant de 35 mètres au-dessus de la tête de nos visiteurs. Ce bâtiment a demandé plus de 20 millions d'euros d'investissement".

Un résultat net d'exploitation en baisse

Pour l'année 2013, c'est un petit résultat que vient d'annoncer le groupe industriel sérésien CMI. Son résultat net d'exploitation reste positif, mais il a été divisé par trois par rapport à l'année 2012. Bernard Serin explique cette baisse par les effets de la crise dans le secteur sidérurgique, mais il reste optimiste. Il pense atteindre le milliard d'euros de chiffre d'affaires dans les deux ans.

Bernard Serin: "Notre résultat de 2013 est en retrait parce que nous avons dû faire face, dans le domaine de la sidérurgie qui nous achète des équipements et à laquelle nous offrons des prestations de service, à une contraction très importante dans les achats des équipements de la part de la Chine. Ensuite, dans les opérations de services à l'industrie sidérurgique, tout le monde est au courant à Liège des annonces qui ont été faites de fermeture du chaud. La fermeture des hauts fourneaux à Florange, en France, la fermeture de Carsid à Charleroi, la contraction de l'outil industriel à la Louvière. Nous avons dû faire face à tout cela mais je pense que nous dépasserons le milliard de chiffre d'affaires. Je rappelle que nous venons de 200 et quelque millions en 2002 lorsque nous avons détaché CMI de son groupe d'origine. Le milliard sera atteint, je pense, en 2015".

François Braibant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK