Sept ans de prison pour l'incendie d'un studio par vengeance à Charleroi

En septembre 2014, le feu était bouté dans un studio de la rue du Grand Central à Charleroi. Les locataires de l'immeuble avaient pu échapper aux flammes mais les dégâts étaient particulièrement importants. La police locale avait rapidement pu identifier l'incendiaire: Jamal W., l'occupant du studio sinistré, a été intercepté alors qu'il observait les pompiers en action en dégustant un vol-au-vent devant une friterie voisine. L'homme, déjà connu de la justice, avait bouté le feu à son appartement pour se venger de sa propriétaire. Cette dernière avait en effet aidé sa compagne à déménager à son insu. La jeune femme avait décidé de quitter Jamal car il la violentait.

Voici quinze jours, l'incendiaire a été déféré devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Le substitut Bury avait réclamé cinq ans de prison minimum en rappelant les antécédents du prévenu et son profil psychiatrique inquiétant. Me Puccini, son avocat, avait pour sa part sollicité une peine clémente assortie d'un sursis probatoire. "Il buvait jusqu'à quinze bières par jour à l'époque. Son intention n'était certainement pas de causer la mort de quiconque", avait conclu l'avocat. Ce mercredi, le tribunal a condamné Jamal W. à sept ans de prison ferme.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK