Sept ans de prison ferme pour une tentative de meurtre à Couvin

Le tribunal correctionnel de Dinant a condamné mercredi à sept ans de prison ferme un individu poursuivi pour des coups et une tentative de meurtre commis à l'encontre d'un réfugié afghan en juillet 2016 à Couvin.
Le tribunal correctionnel de Dinant a condamné mercredi à sept ans de prison ferme un individu poursuivi pour des coups et une tentative de meurtre commis à l'encontre d'un réfugié afghan en juillet 2016 à Couvin. - © Flickr - mikecogh

Le tribunal correctionnel de Dinant a condamné mercredi à sept ans de prison ferme un individu poursuivi pour des coups et une tentative de meurtre commis à l'encontre d'un réfugié afghan en juillet 2016 à Couvin.

La victime et le prévenu avaient eu une première altercation dans l'après-midi du 13 juillet alors qu'ils se trouvaient dans le parc de Couvin. "J'étais avec des amis, on buvait. Ce monsieur est passé sur son vélo. Je l'ai rappelé et arrêté pour lui porter des coups. Je l'avais déjà croisé plusieurs fois, il regardait toujours ma femme", a indiqué le prévenu à l'audience.

Dans la soirée, le réfugié afghan est revenu accompagné au parc de Couvin pour, selon lui, récupérer ses tongs et la pompe de son vélo perdues dans la première altercation. Le premier prévenu était toujours présent et est à nouveau allé à sa rencontre. "Je voulais voir ce qu'il voulait. Il s'est avancé vers moi et on s'est battu".

Durant cette seconde altercation, le réfugié afghan a reçu trois coups de couteau à la main, à la cuisse et au thorax. "Il doit sa vie à un drainage thoracique", a indiqué l'avocat de la victime.

Pour le tribunal, la tentative d'homicide avec la circonstance aggravante de haine raciale est établie. Il a en outre tenu compte dans son jugement de la nature des faits, à savoir une tentative d'homicide sur une personne de 23 ans, du mobile de haine raciale, de l'acharnement peu commun dont le prévenu a fait preuve ainsi que de ses lourds antécédents.

Un second prévenu, poursuivi pour avoir donné un coup au visage de la victime avec un sac en plastique rempli de canettes, a par ailleurs écopé d'une peine de travail de 100 heures.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK