Sensibiliser le citoyen à l'urbanisme pour faire bouger la ville

En 2013, 29 projets proposés par des associations sont soutenus par un budget global de 400 000 euros.
En 2013, 29 projets proposés par des associations sont soutenus par un budget global de 400 000 euros. - © Flickr- isamiga76

Le nouveau secrétaire d’État à l'Urbanisme, Rachid Madrane, voudrait sensibiliser les citoyens à l'urbanisme. Parce qu’au premier abord, l'urbanisme, dit-il, ça n’a pas l'air très concret. Alors que c'est notre ville, notre lieu de vie et qu’il est possible, à notre petite échelle, si on s'implique un minimum, de faire de grandes choses. C'est aussi une façon de susciter le débat sur la ville et ses quartiers.

A Molenbeek, par exemple, l'un des projets soutenus l'an dernier a été de concevoir et de construire une espèce de cloître-préau de style Gaudi, dans la cour d'une école un peu tristounette.

"Deux associations partagent le même projet, explique Roland Vandenhaute (coordinateur du projet). Il s’agit d’un atelier créatif pour enfants et un atelier de formations par le travail pour adulte. On a fait collaborer les deux projets, les deux  publics et les deux méthodes aussi." Pour quel résultat ? "C’est une grande fierté pour tous ceux qui ont collaboré à ce projet monumental (une sculpture de 30 mètres de long)."

Parmi les nouveaux projets de cette année-ci, celui de l'"Espace P" dans le quartier Nord, intitulé "Un quartier chaud, j'y vis, j'y travaille" ?

"C’est un questionnement sur  la sécurité ou plutôt sur l’insécurité, déclare Andrea Poulieva (travailleuse sociale). C’est un projet qui s’adresse autant aux personnes prostituées  qui travaille dans les carrés qu’aux habitants, aux riverains, aux familles, et aux commerçants de ce quartier. Tous vivent des situations d’insécurité au quotidien."

Et sur la procédure mise en œuvre : "Nous procédons en faisant des rencontres avec les acteurs concernés. On leur pose à tous les mêmes questions : comment vivez-vous dans votre quartier, comment vous y travaillez-vous, qu’elles sont vos préoccupations de sécurité ou d’insécurité…"

L'année passée, grâce à un budget spécifique, sur 48 projets proposés par des associations, 27 ont été réalisés. Cette année, 29 projets sont soutenus par un budget global de 400 000 euros.

Betty Cleeren

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK