Semaine du bio : rencontre avec un jeune couple d'agriculteurs passionnés !

Thomas et Hélène Geeraerts ont fait le choix de l'agriculture biologique il y a 5 ans
Thomas et Hélène Geeraerts ont fait le choix de l'agriculture biologique il y a 5 ans - © Leslie Artamonow

Aujourd’hui, plus de 10% des surfaces agricoles wallonnes sont dédiées à la culture biologique.

A Wangenies dans l’entité de Fleurus, Thomas et Hélène Geeraerts, fils et filles d’agriculteurs ont décidé, en parallèle de l’exploitation familiale traditionnelle, de cultiver des légumes bios. En 5 ans, ils sont passés de 40 ares à neuf hectares. Thomas et Hélène font pousser une trentaine de légumes dont des panais, des carottes, différentes variétés de choux ou encore des patates douces qui sont essentiellement vendus à des grossistes ou à des coopératives.

La transition vers le bio n’est pas toujours facile et les consommateurs exigent de plus en plus des légumes aussi beaux que ceux cultivés dans la filière traditionnelle mais le jeune couple d’agriculteurs ne regrette rien :

" Thomas est bio ingénieur.  Moi j’ai un Master en gestion mais je suis aussi eco-conseillère, explique Hélène. Nous sommes donc très sensibles à la question de la protection de la terre. Nous voulions nous tourner vers un modèle plus respectueux et plus sain. "

Ces jeunes passionnés sont convaincus que la filière a de l’avenir et misent beaucoup sur la recherche qui permettra, selon eux, de pouvoir mieux lutter contre les maladies et d’améliorer le rendement de la culture biologique.

En Wallonie, 1750 agriculteurs ont comme Thomas et Hélène opté pour le bio. L’objectif du secteur est d’attendre les 2000 producteurs d’ici 2 ans. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK