Paul Magnette: le "vivre ensemble" carolo doit résister à la menace

Paul Magnette
Paul Magnette - © Belga - Laurie Dieffembacq

Le conseil communal de ce lundi soir à Charleroi était le premier depuis les événements terroristes en France et les arrestations en Belgique. Et, du coup, on a longuement parlé mesures de sécurité et conditions du "vivre ensemble" à Charleroi. L'opposition Ecolo et PTB, mais aussi le CDH et le MR ont donné leur avis et ils ont questionné le Collège sur les initiatives de la Ville.

Paul Magnette l'a dit : des mesures sont prises. Ce sont des mesures de surveillance particulière par rapport à des sites ou des bâtiments éventuellement ciblés mais, selon le bourgmestre, Charleroi n'est pas parmi les villes les plus menacées : " Le phénomène du radicalisme et celui des départs vers la Syrie sont beaucoup plus marqués au nord du pays et à Bruxelles qu’en Wallonie. Et, en Wallonie, ils sont beaucoup plus marqués à l’est de la Wallonie qu’à l’ouest. Pour le dire en d’autres termes : Charleroi n’est pas connu comme un foyer du radicalisme. Et tant mieux. Et sans doute, en partie en tous cas, le devons-nous à ce travail de cohésion sociale et de prévention qui est mené par nos agents communaux, ainsi que ceux du CPAS et du milieu associatif depuis de très nombreuses années. "

Par ailleurs, Paul Magnette a notamment proposé à tout le conseil communal une rencontre, d'ici quelques jours, avec les représentants de la communauté musulmane carolo. L’objectif étant de se parler et de préserver le "vivre ensemble" à Charleroi. Pour le bourgmestre, " Il faut tout faire pour que soit préservé ce véritable acquis des Carolos qui ont cette formidable capacité de vivre ensemble toutes convictions, toutes origines et toutes confessions confondues, sans doute parce que des liens forts de solidarité se sont formés dans le monde du travail dont on sait qu’il est essentiel à notre histoire. Et, donc, pour éviter toute dérive et pour mener un dialogue en toute franchise, l’ensemble des représentants des mosquées de notre région ont été invités ce vendredi dans cette salle du conseil communal pour que nous ayons, en toute transparence et en toute ouverture, une discussion sur leur perception du phénomène et sur leurs craintes. Nous pourrons ainsi voir sur cette base quelles initiatives complémentaires nous pourrons prendre pour continuer à travailler à cette formidable tradition de tolérance carolo. "

Alain Vaessen, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK