Il y a 70 ans, le bourgmestre de Wavre était assassiné

Depuis une dizaine d’années, on célèbre à nouveau son nom à Wavre, chaque 6 août.
Depuis une dizaine d’années, on célèbre à nouveau son nom à Wavre, chaque 6 août. - © Ville de Wavre

Le 6 août 1944, il y a donc 70 ans, était abattu le bourgmestre charismatique de Wavre, Alphonse Bosch. Son assassinat est le fruit d’une vengeance de la part des rexistes qui viennent de perdre un des leurs et vont, en représailles, tuer un chef de la résistance.

Alphonse Bosch était un homme d’action. Fils de fermier, il deviendra instituteur. En 1941, lorsque le poste de bourgmestre de Wavre se libère, Alphonse Bosch est un des trois mandataires restant de la ville (l’occupant a réduit le nombre des mandataires de Wavre à trois). Les deux autres de ses compagnons le proposent comme bourgmestre mais celui-ci est réticent. Il possède un charisme de rassembleur mais reste modeste et n’a jamais revendiqué le pouvoir. Il finit tout de même par accepter la charge et en fait l’annonce le 4 avril 1941. Alphonse Bosch était alors déjà dans la résistance, "mais dans la résistance douce", commente Antoon Kegelaers, président de l’association des groupements patriotiques de Wavre. C’est-à-dire qu’il veillait à "aider les gens, à éviter les représailles, les réquisitions et les déportations, à donner des faux papiers ou du travail en noir", continue Antoon Kegelaers. "Il n’a jamais fait de la résistance armée, au contraire il demandait aux résistants de rester calmes. Il gérait très bien sa ville, il était fort aimé par la population".

Devenu un véritable héros

Bourgmestre de guerre, Alphonse Bosch n’aura pourtant pas la chance de célébrer l’armistice. En effet, le 25 juillet 1944, un collaborateur rexiste, Odiel Laleman est abattu à quelques mètres de sa propriété. "Tout de suite, on dit que c’est sûrement Bosch qui est là-derrière", explique Antoon Kegelaers. Le bourgmestre est averti des soupçons qui pèsent sur lui mais il reste serein puisqu’il n’a rien fait. Il refuse l’aide de ses amis de la résistance qui veulent le mettre à l’abri. Le 6 août arrivent alors au domicile de Bosch deux voitures occupées par des tueurs rexistes accompagnés d’un officier SS. Les rexistes embarquent le bourgmestre avec trois de ses compagnons. Tous les quatre seront abattus froidement au milieu du bois du Val, le long de la route. Des funérailles sont organisées le 10 août en présence d’une foule immense. "Le bourgmestre déjà bien aimé avant est devenu un véritable héros", commente Antoon Kegelaers.

La Place du Sablon de Wavre est rebaptisée la Place Alphonse Bosch. Et le 15 juillet 45 un monument est érigé là où Bosch a été abattu. "Les anciens racontent alors que la population et les écoles venaient en masse le 6 août pour commémorer la mémoire du bourgmestre défunt", explique M. Kegelaers. Puis les commémorations à Bosch et à ses trois camarades sont tombées dans une totale léthargie jusqu’en 2003 quand Mme Pigeolet, échevine de Wavre, s’est dit que bientôt allait se passer le 60e anniversaire de l’attentat. Elle a organisé un événement en 2003 puis en 2004 avec toujours plus de monde au rendez-vous.

 

Marie-Odile Sac

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir