Sclessin: il y a 60 ans, l'incendie du cinéma Rio faisait 39 morts

"L’écran a commencé à brunir et puis la toile est tombée. Derrière c’était l’enfer".
4 images
"L’écran a commencé à brunir et puis la toile est tombée. Derrière c’était l’enfer". - © BELGAIMAGE

Le 3 avril 1955, soixante ans jour pour jour, 39 personnes dont 22 enfants perdaient la vie dans l'incendie qui ravagea le cinéma le Rio à Sclessin. Parmi les 175 personnes présentes ce dimanche-là dans cette petite salle de quartier, un enfant de bientôt dix ans, André Simon. Véritable miraculé.

André Simon, 70 ans aujourd'hui, se souvient très bien de ce 3 avril 1955. Ce jour-là, il va au cinéma le Rio voir le dernier film de Luis Mariano. "C’était les séances de l’après-midi du dimanche. Il y avait beaucoup d’enfants. On se mettait toujours au premier rang. A un moment donné, je me souviens que Luis Mariano fume et il y a de la fumée qui monte. J’ai confondu cette fumée avec une fumée qui venait tout doucement au plafond. J’avais aussi remarqué qu’au bas de l’écran, il y avait une bouche d’aération du chauffage. Elle était toute rouge. Quelqu’un a crié : au feu. Il y avait une volute de fumée blanche qui est montée au plafond, a une vitesse terrible. L’écran a commencé à brunir et puis la toile est tombée. Derrière c’était l’enfer".

La porte de secours se trouve derrière l'écran. Seule issue, l'allée centrale vers laquelle tout le monde se rue dans la panique générale. André Simon, lui, saute par-dessus les fauteuils. "L’ayant vécu, je sais que quand il y a le feu on fait n’importe quoi mais il faut sortir. J’ai grimpé sur les gens, mes oreilles brulaient, mes cheveux étaient brûlés. Quand je me suis retourné pour fuir, tout le monde était dans l’allée centrale. Ils étaient l’un sur l’autre. Ce que j’essaye de ne pas garder, c’est les souvenirs de cris, c’est le plus terrible".

Parmi les victimes, Jeanne Rombaut, jeune fille de treize ans qui sauvera trois enfants avant de périr dans les flammes. "Encore aujourd’hui j’ai du mal à comprendre son héroïsme. Elle est rentrée de là où je sortais, c’est en ça qu’elle est héroïque".

Bénédicte Alié

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK