Schaerbeek: Laurette Onkelinx renonce à la tête de liste PS en 2018

  Laurette Onkelinx, au conseil communal de Schaerbeek.
Laurette Onkelinx, au conseil communal de Schaerbeek. - © JACQUES COLLET - BELGA

Ce lundi, lors d'une réunion interne à la section PS de Schaerbeek, la cheffe de file Laurette Onkelinx a annoncé à ses troupes qu'elle sera présente sur la liste lors des prochaines élections communales en 2018 mais qu'elle ne la tirera plus. Une décision surprise tant l'influence de l'ex-ministre fédérale a été importante au sein de la locale et au-delà. Pour la députée Laurette Onkelinx, il s'agit de lancer de nouvelles personnalités à Schaerbeek et de se concentrer sur son travail dans l'opposition au fédéral.

Laurette Onkelinx née à Ougrée (Liège) a débarqué dans la cité des Ânes (après un passage par Woluwe-Saint-Lambert) à la veille du scrutin communal de 2006. Objectif: rafler le mayorat au bourgmestre FDF (DéFi actuel) Bernard Clerfayt. La campagne, on le rappelle, fut violente entre les deux têtes de liste, le candidat Clerfayt vilipendant l'illégitimité schaerbeekoise de la socialiste. Des attaques intervenant au même moment où on apprenait la construction de la villa de son mari l'avocat Marc Uyttendaele à Lasne, dans le Brabant wallon.

6 000 voix dès son premier scrutin local

Le résultat du duel au soir des élections? 12 000 voix pour Clerfayt, 6.000 pour Onkelinx. Une entrée en matière fracassante. Mais Clerfayt lui empêchera l'accès à son bureau en officialisant dans la soirée une alliance avec les Verts d'Isabelle Durant. En 2012, place à la revanche! En forçant un accord LB-Ecolo-cdH, Clerfayt assurera une nouvelle fois son fauteuil.

Deux échecs: Onkelinx souhaite certainement s'éviter une nouvelle désillusion dans deux ans. Mais en face, Bernard Clerfayt fourbit déjà ses armes: un rapprochement avec le MR est en route comme l'a annoncé récemment la RTBF.

Madrane, Laaouej, Ben Hamou

Reste à savoir qui récupérera la tête de liste PS. Pas le président de la section Yves Goldstein, plus homme de l'ombre, déjà chef de cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort. Un parachutage est donc envisagé. Trois noms sont cités: le ministre Rachid Madrane, le député fédéral Ahmed Laaouej et sa jeune collègue Nawal Ben Hamou.

Le premier est échevin empêché à Etterbeek où règne le MR Vincent De Wolf. Le second bataille dans l'opposition à Koekelberg, commune dirigée par Philippe Pivin (MR). Annoncé à Jette, il a renoncé récemment au déménagement. La troisième milite au PS de la Ville de Bruxelles où deux clans s'affrontent, les pro-Mayeur et les pro-Close. Compliqué pour celle-ci de choisir. Un temps, elle fut citée à Saint-Josse, sans suite. 

Pour ces trois personnalités, un passage par la deuxième commune la plus importante de la Région bruxelloise en terme de population leur permettrait donc de s'émanciper localement, tout en étant adoubé par Laurette Onkelinx et Yves Goldstein. Mais ce sera un des trois, pas tous les trois. Qui alors? Réponse d'ici quelques semaines selon nos informations.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK