Policiers agressés à Schaerbeek: le suspect est un ancien militaire, son domicile a été perquisitionné

L'auteur de l'agression au couteau sur deux policiers à Schaerbeek ce mercredi est Hicham D., né le 26 avril 1973, de nationalité belge, indique le parquet fédéral dans un communiqué. "Les résultats provisoires de l'enquête montrent qu'il s'agirait d'un possible attentat terroriste", précise celui-ci.

"Le juge d'instruction, spécialisé en matière de terrorisme, décidera ultérieurement de son maintien en détention éventuel", conclut le parquet.

L'auteur, blessé à la jambe par un policier, a été hospitalisé.

Le parquet a confirmé les informations obtenues par la RTBF, selon lesquelles il s'agit d'un ancien militaire belge, connu de la Justice, cité dans de vieux dossiers de terrorisme. Hicham D. a servi dans l'armée belge jusqu'en 2009. Il est connu de la justice pour avoir eu des contacts avec des combattants partis en Syrie.

Selon des sources contactées par la RTBF, Hicham D. pratique la boxe thaï, il se serait présenté aux élections régionales bruxelloises en 2004, sur les listes d'un parti d'inspiration islamique, le Parti citoyenneté prospérité, qui n'existe plus depuis 10 ans.

La piste terroriste est clairement envisagée. L'enquête a d'ailleurs été confiée peu après les faits au parquet fédéral. Selon nos informations, il ne s'agirait pas d'un contrôle de police qui a mal tourné. Le suspect aurait attaqué le premier policier par derrière. Avec quelles motivations? C'est évidemment toute la question.

Perquisition

Le domicile schaerbeekois de l’auteur présumé de l'agression au couteau a été perquisitionné ce mercredi après-midi, selon le bourgmestre de Schaerbeek. Les enquêteurs n'ont découvert ni arme ni explosif, selon le parquet.

Deux policiers attaqués à l'arme blanche

Deux agents, en uniforme, ont été agressés par un homme armé d'un canif militaire, vers midi ce mercredi. Les faits se sont déroulés à hauteur du centre sportif Kinetix, situé sur le boulevard Lambermont.

J'ai vu l'agresseur qui frappait le policier à terre

L'un des policiers a été blessé au cou et l'autre dans la région abdominale mais leurs jours ne sont pas en danger. L'assaillant a été maîtrisé par une autre patrouille de police, qui lui a tiré dans la jambe. Il a en outre blessé l'officier de police qui l'a neutralisé en lui cassant le nez.

"J'ai vu l'agresseur qui frappait le policier à terre. Il s'est mis sur lui et le frappait. Le policier a roulé dans les buissons mais il l'a suivi et continuait à le frapper. Après il a frappé la dame, elle pleurait et était en sang. Puis la police est arrivée, ils sont sortis de la voiture et lui ont tiré dessus", explique un témoin de la scène au micro de la RTBF.

Selon les premières informations, l'assaillant n'aurait pas émis de revendication.

Jan Jambon renvoie au parquet fédéral

Interrogé par la RTBF, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) déclare: "Mes sentiments vont d’abord vers les policiers qui sont blessés. Le parquet fédéral fait l’enquête pour voir s’il y a un lien ou non avec le terrorisme, mais l’on n’a pas encore de données à ce sujet. C’est au sein du parquet fédéral qu’on fait l’enquête".

Quant à la question de savoir s’il faut craindre une nouvelle menace envers les policiers, le ministre répond que "c’est l’OCAM qui doit faire l’analyse, comme c’est l’habitude. Mais vous savez que nous sommes déjà au niveau 3 de terrorisme, et on doit attendre les résultats de l’enquête du parquet fédéral".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK