Schaerbeek: deux candidats pour exploiter les Ecuries van de Tram

Schaerbeek: deux candidats pour exploiter les Ecuries van de Tram
2 images
Schaerbeek: deux candidats pour exploiter les Ecuries van de Tram - © Ecuries van de Tram Maison Fondée

L'appel à projet lancé par la commune de Schaerbeek pour développer une activité dans le plus ancien entrepôt de trams de la ville fait des remous. Il faut en effet  renouveler la convention qui lie la commune à l'association "Maison Fondée". Elle organise dans les "Ecuries van de Tram" depuis un peu plus de deux ans un marché bio le vendredi et samedi, et des concerts et des apéros le jeudis et vendredi. Des initiatives qui font partie du renouveau qui souffle sur Schaerbeek avec le Barboteur, le 1030 Café, Chez Marraine, Copain, Buvette Sint-Sebastiaan : des cafés et des commerces de proximité s'ouvrent, des activités animent les rues et les parcs, mêlant une nouvelle population aux habitants installés depuis plus longtemps dans ce quartier du centre de la commune à deux pas de l'hôtel de ville.

Un marché gourmand et des activités socio-culturelles

La commune souhaite ouvrir ces activités vers les habitants et attend un projet qui s'inscrive dans la dynamique de rénovation du quartier. Elle voudrait aussi étendre les jours d'ouverture, pour l'instant limités à la fin de semaine, tout en évitant des soirées trop tardives et les nuisance sonores. Il faut savoir qu'il s'agira toujours d'une occupation temporaire, pour 4 à 6 ans, ce qui empêchera de procéder par exemple à des travaux d'insonorisation. La surface mise à disposition va presque doubler, passant de 850 à 1400 m2, ce qui permet de voir plus grand.

Plusieurs candidats étaient en lice et deux ont finalement été retenus par la commune : l'actuel occupant, Maison Fondée et un concurrent sérieux, le Moeder Lambic qui exploite des bars à bières à Saint-Gilles et au centre-ville. Décision normalement ce mardi 18 juillet.

Maison Fondée: la diversité et le participatif

Du côté de Maison Fondée, Paul-Henri Guilmin, l’actuel exploitant s'est entouré de spécialistes de la gestion des lieux temporaires, la société Entrakt. Ensemble, ils ont pris pour exemple le Fenix Food Factory de Rotterdam et misent beaucoup sur le participatif et les partenariats avec le social pour s'ouvrir sur le quartier.

Ils ont ainsi inclu dans leur projet des asbl dans leur projet comme Plateforme 50 qui travaille sur les cultures turques, kurdes et arméniennes fort présentes dans ce coin de Schaerbeek, ou encore MolenGeek qui a pour objectif l'intégration des jeunes en décrochage scolaire dans des start up informatiques. Il a aussi dans ses cartons l'idée d'attirer un boucher charcutier halal et bio au marché. C'est la poursuite du travail entamé avec ses Apéros, le marché bio ou le mini festival de jazz Jazz'in Schaerbeek avec les autres acteurs de ce renouveau schaerbeekois.

"On ne veut pas juste donner envie aux gens de venir boire un verre à Schaerbeek, on veut leur donner envie de venir vivre ici, d'acheter une maison", résume Paul-Henri Guilmin pour expliquer son projet.

Moeder Lambic: une boulangerie et une brasserie vivante

L’autre candidat est la brasserie Moeder Lambic qui débarque donc à Schaerbeek fort d'une solide expérience dans les bars spécialisés en bière artisanales à Saint-Gilles et au centre de Bruxelles, avec comme partenaires Jean Van Roy de la Brasserie Cantillon, Régis Recours de la Boulangerie Matinale et Francesco Oppido de Ranzani13. Ensemble, ils veulent mettre à l’honneur la fermentation naturelle des céréales en créant une "Brewlangerie vivante" qui produirait lambic et bière à fermentation haute, mais aussi du pain, un musée consacré à ces activités, un bar et un espace restauration, un centre culturel associatif, ainsi que des activités socio-culturelles et enfin un marché qui financerait ces activités.

Débat enflammé sur Facebook

Mais voilà l'irruption de ce candidat a déclenché une levée de boucliers sur Facebook : trop commercial, pas assez schaerbeekois... Des internautes regrettent de voir le travail d'une asbl local "sapé" ou encore redoutent "une invasion de bobos"... Certains appellent au boycott.

"On a même reçu des menaces sur le site du Moeder Lambic", confie son patron Jean Hummler qui réagit dans une lettre ouverte aux Schaerbeekois : "Nous sommes assez surpris de subir une campagne de dénigrement lancée depuis hier et encore plus surpris d’apprendre que pour présenter un projet à Schaerbeek, il faut avoir une origine sociale et/ou ethnique particulière, sous peine de recevoir des menaces via mail et réseaux sociaux."

Pour Jean Hummler, l'appel à projet pour les Ecuries van de Tram est "assez classique en démocratie, elle vise à évaluer des projets pour l’obtention d’un bien public en fonction de critères objectifs". Il n'y aura pas de subsides et son projet prévoit donc des activités visant à financer le développement des activités socio-culturelles souhaitées par la commune et il regrette qu"il soit "jeté en pâture sur le bûcher facebookien alimenté par la haine et l’ignorance…" "C'est sale comme méthode", conclut-il.

En face, Maison Fondée regrette de voir que l'appel à projet lancé par la commune ne prévoie pas que ses activités soient reprises dans le futur projet ou qu'il y ait une forme de dédommagement pour le fonds de commerce.

"On a créé ce lieu il y a deux ans et demi, c'est un peu cavalier. C'était un chancre il y a 3 ans. Moeder Lambic ne s'y serait pas intéressé sans notre travail. Et il ne sont pas dans l'esprit de Schaerbeek", expliquent les promoteurs de Maison Fondée, qui ont créé les Apéros du Parc Josaphat, qui les ont amenés dans les Ecuries van de Tram pendant l'hiver, qui y ont fait venir le marché...

Aujourd'hui, ils ne savent pas de quoi demain sera fait. La convention actuelle prenait fin le 30 juin et la commune qui a déjà plusieurs fois remis sa décision l'a prolongée jusqu'au 30 novembre. Mais au delà, il n'y aucune certitude, car si le Collège ne décide pas ce mardi, il faudra attendre fin août.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir